En ce moment

Aucun mot sur les comoriens bloqués à l’étranger, Azali les a sacrifiés

Le chef de l’État a décidé de sacrifier les comoriens bloqués à l’étranger. Dans son adresse à la nation, Azali Assoumani n’a évoqué ni les comoriens bloqués à Dubai ni ceux qui se trouvent en Tanzanie. L’État se porte démissionnaire. Il ne veut assumer aucune responsabilité. C’est le premier pays au monde qui a refusé ses propres ressortissants.

Ces plus de 500 personnes abandonnées par le gouvernement comorien sont déjà livrés à eux-mêmes. Non seulement qu’ils ne sont pas repatriés mais aucune mesure d’accompagnement ne leur a été mise en disposition. Rappelons que nombreux d’entre eux trainent dans les rues. D’autres dorment près de la porte de l’ambassade des Comores en Tanzanie, Darsalam.

La Rédaction

2 commentaires sur Aucun mot sur les comoriens bloqués à l’étranger, Azali les a sacrifiés

  1. C est un article de haine, uniquement, tu parles du premier VB pays au monde qui n a pas rapatrié, ses ressortissant, allez voir les résultats des pays europeens qui ont rapatrié , la France , l Italie, où ils sont maintenant c est le coronavirus qui se propage dans ces pays, tu veux que Azali imite les décisions irréfléchis des occidentaux, et aller à la contre du Hadith du prophète qui dis que , quand il y a une maladie dans un pays personne n entre ni sortir, le jour où il y aura coronavirus aux Comores c est où il y aura rapatriement, et que le gouvernement écoute les conseils idiot de rapatriement, Azali ne sacrifit personne, il protège l intérêt général, la majorité des comorien qu il protège, c est seulement les gens idiots, remplis de haine politique qui réclame le rapatriement, les gouvernements devrait les accompagner pour se nourrir, se loger, jusqu’à la fin de la pandémie, mais il n est pas question de ramener les comoriens bloque à l étranger, car ce sont ces comoriens bloqués à l étranger qui répandront le coronavirus au Comores une fois rapatrié

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*