Augmentation des salaires des juges et autres facilités pour les prêts

​Dans un souci de donner le maximum de moyens à la justice pour redorer son image ternie ces dernières années par les multiples affaires louches, le ministre de la justice Fahmi Said Ibrahim ne ménage aucun effort. Pour mettre les juges dans les meilleures conditions afin de lutter contre la tentation de la corruption, le ministre a formulé une doléance afin que les salaires des hommes de droit soient revues à la hausse.  » Un juge qui touche 200 000 de nos francs ne sera pas à l’abri de la tentation. j’ai demandé à ce qu’aucun juge ne touche un salaire inférieur à 250 000 francs. Si cette doléance est acceptée, cela permettra aux juges d’avoir un peu plus de tranquillité ». 

Outre la situation financière concernant les salaires, Fahm Said Ibrahim renseigne qu’il a également mené des discussions avec la Snpsf pour faciliter les conditions d’accès et de paiements des prêts bancaires.  » les juges vont pouvoir obtenir des prêts à des taux préférenciels à la Snpsf afin de financer leurs propres affaires ou s’acheter des voitures ou autres choses nécessaires à leur confort » a-t-il avancé.

A.ATHOUMANE 

2 commentaires sur Augmentation des salaires des juges et autres facilités pour les prêts

  1. La sensibilisation de l’ensemble des citoyens pour une cause d’éthique ne serait possible que si les dirigeants étaient de bonne foi. Toutefois, comme ils ne sont pas de bon père de famille et qu’ils demandent aux citoyens d’écouter et non pas de faire ce qu’ils font, conséquence de cela, la parole publique perd sa crédibilité. Certes, les besoins physiologiques sont nécessaires mais pas suffisants pour éradiquer une maladie métabolique. Si Maslow parle des besoins physiologiques avant ceux de l’estime, rien n’est moins sûr qu’une augmentation salariale réduira la corruption. Il faut souligner également qu’aucune étude scientifique n’ait démontré qu’un niveaux élevé d’étude réduirait la corruption. D’ailleurs, dans les pays corrompus, nous avons souvent l’élite, les intellectuels et les classes aisées qui sont les plus dépravés. Aux Comores, ceux qui vendent les examens ou les diplômes sont loin d’être des pêcheurs ou agriculteurs. Ceux qui échappent à la justice sont les plus puissants. Preuve en est que Azali et SAMBI sont toujours en liberté alors qu’ils ont ruiné les Comores. Il faut noter que la justice est là pour protéger la classe haute. Regardons pour la première fois que nous avons un ministre de la justice juriste, mais, on dirait quelqu’un qui n’a jamais mis ses pieds dans un tribunal. Il faut dire qu’il présente deux atouts majeurs: D,abord, il est législateur, le droit lui donne la possibilité de faire des propositions de lois. En effet, comme il connaît à la fois la manière d’accoucher les textes législatifs et aussi l’application de ces textes il doit pratiquer une justice juste et réaliste. Ensuite, il est juriste. Donc, il est censé maîtriser le sujet en question. Car, s’il n’arrive pas à dépasser les clivages et les esprits partisans, il ne sera pas qualifier de juriste puisqu’il n’y a pas un génie sans œuvre disait Sartre. En somme, les besoins physiologiques oui, mais il faut une volonté politique pour redresser une justice à géométrie variable. Imani mmadi

  2. La corruption touche toutes les couches sociales. Pour réduire voire éradiquer ce fléau, une instruction civique doit être enseignée dans les établissements scolaires, une politique sur la liberté d’expression et d’exercice des missions et fonctions confiées aux agents de l’Etat, est nécessaire. Il faut absolument pouvoir distinguer le service public de l’amitié, de la fraternité, de l’appartenance à un mouvement quelque soit le type, et surtout éviter l’intervention des notables dans les affaires de la justice.
    Des sanctions civiles et pénales spécifiques doivent être prises contre les magistrats corrompus.Cela serait possible si les supérieurs n’étaient pas des corrompus et des corrupteurs.
    Le ministre de la justice, il l’est pour tout le monde. Les salaires que perçoivent les agent de l’Etat ne correspondent pas à la cherté de la vie. Le ministre de la justice devrait parler d’une hausse des salaires pour tout le monde sinon c’est de l’injustice. C’est lui le ministre de l’égalité de traitement. Nous attendons du ministre de la justice un projet de loi susceptible de résultats concrets sur la gestion de notre Patrie par les politiques et les agents de l’administration.
    Pour rappel le président de la république, les gouverneurs des îles et leurs subordonnés successifs, les parlementaires et les conseillers des îles ne sont que des employés du peuple. Ils lui doivent respect.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*