« Aujourd’hui, tout est haram, interdit s’entend. Même respirer peut… »

L’augmentation du nombre des péchés dits majeurs dans le temps est le fruit de la bigoterie et de l’ignorance chez, nous, les musulmans.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Aujourd’hui, tout est haram, interdit s’entend. Même respirer peut pour certains poser problème. La vie du musulman est devenue un cauchemar. Pourtant, la facilité est l’ADN principal de notre religion. J’en vois certains s’offusquer de la réforme, considérée comme la menace principale de l’islam aujourd’hui. Surtout quand elle est adossée à l’Occident, présenté comme un bloc monolithique à la solde des puissances militaro-sionistes. Il faut, disent-ils, la combattre, sous peine de voir l’islam devenir une coquille vide.

Deux choses doivent leur être dites d’entrée de jeu. La première est la suivante: Êtes-vous réellement croyants? Autrement dit: Croyez-vous au Coran? Oui, s’empresseront-ils de répondre. Et là l’assomoir leur tombe dessus par ce verset: « Certes Nous avons fait descendre le rappel; certes Nous en sommes les protecteurs jusqu’au jour des récompenses. » Dieu vous dit que rien ne peut faire disparaître cette religion. Rien! Vous entendez? Rien, Il dit. Doutez-vous de Sa parole? C’est un comble! 
En réalité, ce n’est pas l’islam qu’on veut protéger mais plutôt nos habitudes. Sauf que celles-ci se trouvent aujourd’hui aux antipodes de ce que disent les Textes dont on se veut les principaux défenseurs. On se permet de voler, de tuer, de piller, de maudire, d’insulter, de calomnier, de haïr en leur nom. C’est un comble! Regardez l’attentat perpétré hier à Mogadiscio. Que reste-t-il au Diable, si c’est au nom de Dieu qu’il a été commis? Franchement! 
L’autre chose est que l’islam est un corps. Tout ce qui lui est étranger finit tôt ou tard par en être dégagé. Les divisions des musulmans en factions sont étrangères à l’islam. Raison pour laquelle, elles sont discutées et remises en cause constamment. Surtout quand elles se sortent mutuellement de la maison Islam.
Le principal ennemi de toutes les religions est la bigoterie. Et ce, de l’aveu du Coran et de la Sunna. Un hadith du Prophète recueilli par Ibn Hibbâne dit :  » La pire chose que je craigne pour ma communauté est un homme qui lit si souvent le Coran qu’il finit par en avoir l’aura. Il attaque son frère à l’épée et lui dit:  » Tu es un associateur ». Le Prophète prédit même leur échec permanent.

Analysons la progression de la bigoterie. Sa principale expression passe par le nombre de péchés constatés par la personne. Plus on en voit, plus on est bigot. Ne cherchez pas autre chose. Ils vont vous sortir tel ou tel pieux prédécesseur qui était dur dans sa pratique pour noyer le poisson de leur bigoterie. La réalité est tout autre. Il suffit de voir combien de questions ont été posées par les compagnons pour comprendre qu’ils vivaient leur vie, loin de toute forme de bigoterie. 12 questions ou 13, selon les versions, ont été posées au Prophète par les compagnons, rapporte Ibn ‘Abbas. 
Regardons les péchés majeurs, comme le propose un penseur contemporain. On voit leur nombre augmenter à une vitesse incroyable, à mesure que l’on s’éloigne, dans le temps, de la source prophétique, alors qu’il devrait être fixé par le Seul Créateur!
1) Le premier à écrire un livre sur les péchés majeurs s’appelle al-Bardîji (m en 301 H). Pour lui, il n’y en a que 13.
2) Le deuxième est al-Tabari (m en 310). Pour lui, le nombre de péchés majeurs est de 9. 
3) Vient ensuite Abu al-Tayyib al-Makki (m en 386 H). Il en compte, lui, 17, dans sa célèbre Nourriture des cœurs (Qût al-qulûb).
4) Al-Râfi’i (m en 623 H), comme al-Nawawi, (m 676 H) et Ibn Rif’a (m en 710 H) en comptabilisent 40.
5) Al-Dhahabi (m en 748) en relève 76, dans son livre célèbre Les péchés majeurs.
6) Ibn al-Nuhâs (m en 814) en dénombre 171 dans son livre Tanbih al-Ghâfilîn.
7) Ibn Hajar al-Haytami (m en 974 H) en compte plus de 400 dans son célèbre livre « Al-zawâjir ‘ani ‘qtirâfi al-kabâ’ir ». 466 précisément. 
La question à se poser est la suivante: d’où vient tout cela? Le Prophète ne nous a-t-il pas appris que « l’illicite est ce que Dieu a décrété comme tel et le licite ce qu’Il a déclaré tel dans Son livre; que ce qu’Il a tu est une permission »?
Vous voyez, chers vous, ce qu’on a fait de l’islam? Alors, messieurs les pourfendeurs de la réforme et autres complotistes à-deux-francs-six-sous, le pire ennemi de l’islam c’est la bigoterie. . À force de serrer les gens, ils finissent par tout abandonner. C’est une réaction naturelle. La dégringolade de la sacro-sainte bigoterie saoudienne doit servir de leçon pour tous.
Quant au réformisme, il ne prendra corps que s’il reste en phase avec la raison, les bonnes manières et l’esprit des Textes. Pas leur lettre. Omar I. al-Khattâb s’est opposé à la lettre du Texte coranique qui permet le mariage temporaire, mais est resté fidèle à son esprit en l’interdisant. Le bigot ignore toujours l’esprit. Il regarde le doigt quand on lui montre la lune.
Alors, chers vous, vivez votre vie. Le haram, c’est vraiment très peu de choses. Sinon, on va tout vous interdire même prier en pantalon jean, porter une casquette, une cravate, manger avec une fourchette, jouer au Scrabble. Vous ne me croirez pas mais les bougres nous ont pondu un livre sur l’interdiction de porter une cravate, intitulé al-qawl al-batta fî man labisa al-crafatta. Comme ils t’en ont pondu un autre sur l’interdiction de manger avec une cuillère, appelé: ‘Inzâl al-Swawâ’iq fî man akala bi al-malâ’iq ». Ils ont osé!
Vivez votre vie et ne vous éloignez surtout pas d’une pratique raisonnée de votre religion à cause d’eux. L’islam est beau, sachez-le. Ils travaillent à l’enlaidir, par leur ignorance. La religion est une facilité. Ils œuvrent à l’alourdir, par leur imbécilité.
La vraie réforme doit œuvrer à remettre la bigoterie à sa place, c’est-à-dire le néant, poubelle des sottises et des crimes. Autrefois, les musulmans discutaient de tout. On a, en effet, vu des débats sur le statut coranique de certains chapitres, comme les deux derniers chapitres du Coran considérés par Ibn Masund comme n’en faisant pas partie. L’islam a-t-il pour autant disparu? Non! Sinon, nous ne serions pas musulmans aujourd’hui. 
Alors, quand certains estiment qu’un réformiste ou un prétendu tel dit n’importe quoi, qu’ils lui répondent calmement et s’inscrivent dans un débat constructif. Mais, qu’ils ne se lancent pas dans des attaques ad personam, qui ne peuvent être que l’expression d’un esprit au mieux immature, au pire dérangé.
Humainement vôtre.
M. B

1 commentaire sur « Aujourd’hui, tout est haram, interdit s’entend. Même respirer peut… »

  1. Al salam à tous
    Arretons de taper sur tous ceux qui bougent. On a l’impression qu’on a pas le droit de reflechir au sein de l’archipel des Comores. M. Badjrafil fait un grand effort pour notre societe.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*