Aux Comores, des voix discordantes limogées

Aux Comores à deux semaines du référendum constitutionnel qui pourrait permettre au président Azali Assoumani de briguer un autre mandat en cas de victoire du oui, les voix discordantes subissent des pressions. La secrétaire générale du ministère de la Santé – dont le frère est vice-président, plutôt frondeur – et le directeur général du quotidien d’Etat Al Watwan, désireux d’ouvrir ses colonnes tant à l’opposition qu’à la majorité, ont été licenciés.

La secrétaire générale de la Santé, Moinour Ahmed Saïd, a été remerciée. Décrite comme très compétente et dynamique par ses collaborateurs, un décret a suffi à la démettre de ses fonctions. Son frère, le vice-président Djaffar Ahmed Saïd, qui s’était désolidarisé de la politique du président Azali – qualifiée de « dérive du pouvoir » – reste un élu de la nation.

Dans la foulée, Ahmed Ali Amir, le directeur général du quotidien d’Etat, se voit également remplacé par décret présidentiel. Il avait expliqué dans un édito qu’il était éthique et essentiel que la presse nationale permette, impartialement, à la mouvance présidentielle comme à ses détracteurs de s’exprimer en cette période de changements constitutionnels.

Le président Azali l’évoquait parfois lors de ses discours, tel un symbole de la liberté d’expression aux Comores, qui diffusait les opinions dissonantes sans être inquiété. C’en est fini.

Néanmoins ce vendredi, au lendemain de ces deux évictions, le gouvernement a autorisé la tenue d’un meeting contre le changement de Constitution, dans la capitale.

RFI

1 commentaire sur Aux Comores, des voix discordantes limogées

  1. LA DICTATURE EST EN BONNE VOIX . LE PIRE RESTE À VOIR APRÉS LES ELECTIONS
    A QUOI BON FAIRE CE REFERENDUM ALORS QUE NOUS SAVONS DEJÀ L’ ISSU DU RESULTAT .
    CERTAINEMENT QUE LE OUI VA L’ EMPORTER MASSIVEMENT À LA DJAZA ET CEUX À 104%.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*