Azali a le choix entre s’autodétruire ou écouter la voix du peuple

Opinion libre: A l’obstination, une résistance équivalente mais au final, la victoire appartiendra au peuple.
Les jours à venir sont déterminants et l’arrogance d’AZALI cristalise les esprits. Son insolence démesurée, son mépris à l’égard des citoyens sont innacceptables.

Comment une communauté civilisée pourrait tolérer la prise d’ôtage d’un pays vidé de ses lois, de ses institutions et à la place une répression militaire dysproportionnée.
Des militaires qui torturent leurs frères, leurs mères, leurs pères, leurs fils sachant pertinément qu’ils agissent en dehors de la loi. Jusqu’à quand vont-ils agresser leurs proches sous la contrainte?
Comment AZALI va piétiner les anjouanais en bloc contre ses visées monarchiques, les mohéliens qui placent en avant leur fierté d’avoir abrité les Accords de Fomboni et la majorité de la population de Ngazidja qui sont revoltés par le peu de considération d’AZALI sur les comoriens.

En campant sur ses positions, AZALI met en jeu son mandat à peine entamé, prépare l’incertitude à sa famille à vivre en paix et se fait responsable et coupable des dégâts colatéraux.
A chaque humiliation, la colère du peuple s’accroit et la morale du soldat s’use.
Paradoxalement, les courtisants, les arrivistes, les opportunistes, les désespérés épient le moindre intérêt et jouissent d’un éphémère réussite, celle de satisfaire leur politique de ventre.

On retrouve ces égarés sur les réseaux sociaux dans une totale ignorance des enjeux croyant, en encourageant le mal, faire mal à ceux qui le combattent.
Que ceci soit clair: AZALI n’a pas désarmé et croit narguer encore la population en proposant un référendum, qui ne sera qu’un plébiscite à la Mugabé.

BEN ALI.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*