En ce moment

Azali Assoumani, le premier Empereur des Comores

Vidéo: Par Hayba, ce 25 février 2020 est le 1er jour d’une nouvelle ère constitutionnelle où le Président Azali concentre tous les pouvoirs dans ses mains : exécutif, législatif (tout député, sur les 22 de la CRC, en désaccord avec le parti, risque d’être éjecté du parti et perdre son siège,. 18 députés suffisent pour changer la constitution) et judiciaire. Toute la Cour suprême a été nommée par le président.
Existe t il une constitution au monde qui donne autant de pouvoir à une seule personne ?

2 commentaires sur Azali Assoumani, le premier Empereur des Comores

  1. azali peut faire ce qu’il veut maintenant, mais il dois mettre dans sa tête, en 2021 c’est loi de plus fort celui qui sera président ce celui qui a la force.sinon il faut attendre à une séparation des îles,chaque île va prendre son destin, d’ailleur, nous avons commencés à se préparer à cet étape, donc azali il va être le président des wagazidjas jusqu’à sa mort et son fils va le succéder ainsi de suite. vive l’Etat de Moheli et D’ANJOUAN.

  2. Un message interressant!
    En effet, MSM vient de nous exposer son analyse sur la situation que tout monde sais difficile dans notre pays.
    En effet, tout ce qu’a evoqué MSM est vrai.
    Mais une verité qui sort de la bouche d’un gros muthomane.
    En effet, ce monsieur est devenu président de l’ensemblée dans les années 90 alors qu’il n’avait pas le droit(il etait le gendre du president).
    À force de pietiner notre constitution, on fini par la detruire.
    La situation que nous vivons dans notre pays viens de loin et ce monsieur est parmi les responsables.
    Chez nous, tout le monde est democrate lorsqu’il est dans l’opposisition.
    Je me demande s’il mieux vaut un regime qui possède des institutions democratiques mais qui ne les respectent pas ou un regime qui se fait des institutions monarchique pour rester 1000 ans au pouvoir?
    Pour moi c’est le sida et le sida.
    Azali tombera comme un fruit mûr et très bientôt incha allah.
    Et ensuite, le bucher…

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*