« Azali doit prendre conscience de sa propre ignorance. L’abandon du Qatar 

​Opinion libre

Azali doit prendre conscience de sa propre ignorance. L’abandon du Qatar au profit de l’Arabie Saoudite était une faute morale au sens kantienne du terme. Cependant, le dictateur azali assoumani a préféré son intérêt personnel au détriment de celui de la nation. 

Il n’est jamais trop tard Monsieur le directeur. Car, à tout moment on pourrait recoller les morceaux. Mais, il suffit de reconnaître vos propres erreurs pour pouvoir avancer. Il est vrai que l’Arabie Saoudite est le pays des quoraichs mais, leurs autorités n’ont pas à nous dicter notre politique étrangère. Même si ces dernières restent les donnateurs des autorités comoriennes, elles doivent respecter une éthique. Le peuple comorien est scandalisé par le comportement irresponsable des saoudiens.
D’abord, on ne fait pas le zakat tout en demandant une contrepartie. Selon, les sources traditionnelles, jamais la main gauche ne devra savoir que la droite a eu un zakat. Or, les saoudiens pratiquent un discours à géométrie variable. D’une part, ils parlent de religion et sa doctrine wahabite, quand ils distribuent les pétrodollars. Et d’autres part, ils profitent de leur richesse pour dominer les pays dépourvus de leur moyens d’existence, notamment les Comores. En effet, la misère et les bêtises du dictateur azali assoumani font que le pays devient une proie facile pour les détenteurs des capitaux.  Ce climat délétère entre le quatar et l’Arabie Saoudite ne nous concerne pas. Car, nous ne sommes pas dans une phase de conquête. Or, ces deux géants sunnites cherchent à influencer et à répandre leur doctrine. Les comores donc, n’ont pas à s’immiscer dans une guerre d’influence. Nous constatons donc, une carence manifeste de la diplomatie du dictateur azali assoumani. 
 J’appelle donc, solennellement les représentants du peuple à former une commission d’enquête afin d’expliciter cette affaire qui oppose saoudiens et quatari. Cette honte qui éparpille dans les médias du monde doit faire l’objet d’une enquête parlementaire. Sauf, si ces députés sont des esclaves du dictateur azali assoumani. 
Sur cette affaire les masques tombent les unes et des autres.

Imani 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*