AZALI et SALAMI acceptent le combat!

wpid-fb_img_1462098023992.jpg

Comme cela a été fortement suggéré par une partie de la communauté internationale (des diplomates érythréens, soudanais, Somaliens et saoudiens etc…), la cour constitutionnelle sans que son quorum ne soit atteint, a pris des décisions comme celles de gouverneurs de Moheli et Ngazidja et les élections partielles pour Anjouan et la présidence de l’Union. Cependant malgré ces manquements sans précédent, Azali et Salami acceptent d’aller chercher les suffrages des 13 et 14 bureaux de vote du Nioumakele, Sima, notamment. Des bureaux remportés haut la main par Salami lors du premier tour des gouverneurs.

image

Ce soir au Quartier Général de la CRC de Moroni Sud, le Dr Salami s’est exprimé en premier, d’abord pour remercier les comoriens qui ont été suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle et qui ont pu faire preuve de tant de patience et de sagesse. Il.dit ne pas comprendre comment on a pu choisir de faire des partielles dans des localités dont le Juwa est particulièrement présent et fort. Ils vont avoir très mal et ils le savent. Mais alors pourquoi tant de machiavélisme? Qu’est ce qui est véritablement recherché.

Ensuite le président Azali demande au peuple comorien de lever la tête et de manifester sa joie car les résultats de la CENI n’ont nullement étaient remis en cause par la Cour Constitutionnelle et c’est nous qui avons gagné. Nous les avons battu sur plus de 760 bureaux et ils croient pouvoir changer le monde avec 13 bureaux. Mais quelle bande de rêveurs!

Nous acceptons l’inacceptable d’abord parce que c’est la Cour Constitutionnelle de notre pays,la dernière voie de recours, ensuite parce que c’est un examen et seuls les cancres en ont peur et jamais les bons élèves, et enfin nous acceptons parce que nous voulons transmettre un message de pédagogie démocratique à vous nos enfants pour que dans 5, 10 ou 20 ans vous vous inspirez de décisions que nous avons prises pour notre pays.

Il disent que nous devons avoir des partielles car la sécurisation n’a pas pu être faite correctement dans certains bureaux. Nous en prenons acte et sommes disponibles dès dimanche matin pour renforcer les conditions de sécurisation des élections dans un protocole d’accord encore plus contraignant que celui des primaires et du second tour.

Et si l’hypercute n’a pas été suffisamment fort à leurs yeux lors de ce second tour, ils subiront un K.O dans ce 3 ème tour.

Mais le plus important, il ne faut pas oublier, c’est nous qui avons gagné ces élections et personne ne peut voler la victoire du peuple comorien souverain.

Mohamed Abdou Mbechezi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*