Azali met fin à la mission de la commission anti-corruption

Azali

Lors d’une conférence de presse organisée au palais de Hamramba à l’occasion de la journée nationale de la vanille du 0 septembre dernier, le président de l’Union des Comores a fait savoir qu’il n’entend pas renouveler le mandat de la commission chargée de lutter contre la corruption.

« Elle n’a pas apporté les résultats escomptés. Elle s’est plutôt contentée de faire un constat sans qu’il y ait des actions concrètes. S’il fallait juste faire un constat, il existe une cour au sein de la cour constitutionnelle qui est justement chargée de cette mission » ajoute-il.

S’il reconnaît que cette commission ne disposait pas des moyens adéquats pour exercer sa mission et traduire en justice les personnes concernées par des faits de corruption, il juge tout de même son bilan loin des attentes. Azali préfère s’asseoir sur le renouvellement du mandat de cette commission qui vient à son terme.

A.Athoumani

 

5 commentaires sur Azali met fin à la mission de la commission anti-corruption

  1. Bonjour , je donne raison à son Excellance Le président AZALI Assoumani de n’est rennouveler le mandat de la commission soit dite anti- corruption mise en place par le précedesseur de L’IMAM AZALI, comment allait-t-il renouvler un mandat pour des voleurs ?certains membres de ce fameuse commission sont en prison pour detournement de biens de l’etat , pour moi ce ne sont pas anti-corruption , ces sont des malfaiteus qui se déguisent , donc je salue la decision du président de la republique , merci.

  2. comment renouvelle-t-elle une commission qui n’a pas fait son travail?Depuis la création de 7 commission tout le monde a rigolé car 7 dite commission composée des membres de la corruption ,le résultat des sacs vides.

  3. La création de la Commission Nationale de Prévention et de Lutte contre la Corruption fut un bel exercice de communication sur « la volonté du gouvernement d’Ikililou de lutter contre la mauvaise gouvernance, le détournement des deniers publics et l’enrichissement illicite ». Ce fut une minable imposture destinée à se donner bonne conscience et à attribuer au passage des emplois fictifs grassement rémunérés à des amis.

  4. Toutes les institutions de ce type doivent être indépendantes de l’autorité politique. D’abord, les politiques ne doivent pas avoir le pouvoir de mettre fin à ces autorités independantes. En effet, si le parlement crée ces instances, c’est pour les détacher des hommes politiques. Par ailleurs, ces dernières sont les premières à émasculer les deniers publics. C’est ainsi que ces politiques, n’ont intérêt avoir une institution indépendante. Ensuite, une telle institution est crée par le législateur. Car, son rôle est de contrôler l’action du gouvernement. Si le gouvernement met en place cette haute autorité et placée en même temps sous son autorité, il s’agirait évidemment d’une mascarade. Par exemple le parquet de Moroni est sous le contrôle du pouvoir exécutif et que les affaires sensibles sont instruites par les juges contrôlés

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*