Azali, perplexe et inquiète

Opinion libre:Les pourparlers piétinent et AZALI sent l’étau se resserer contre lui. D’une part une opinion internationale défavorable au maintient de la dictature qui le menerait vers le pétrole du sang; d’autre part, une difficulté à gérer un grand nombre de mafieux réunis par un concours de circonstance, mais que tout oppose; en bref des alliances contre nature, impossible à coordonner.

Déjà, le gouvernement de tous les dangers tardent de se mettre en place. KIKI, BELOU, MOHAMED ISMAEL ont grandement investI pour être facilement remplacés par FAKRI, MSAIDIE, EL BACK; SOUNHADJ et LARIFOU font peur au dictature, le premier par sa capacité maladive à se rabaisser pour le pouvoir, le second par les vérités osées contre AZALI sur des milliards que ce dernier aurait voler et dont les preuves sont démontrées.

AZALI est signifié par la Communauté Internationale que sa gouvernance porte atteinte à la démocratie et suscite des réactions sociales lourdes de conséquences.
Les comoriens suivent avec une attention particulière les contacts des instances internationales à Moroni et espèrent des mesures fermes qui ne sauraient légitimer une dictature en gestation vers une monarchie de droit divin.
Selon des sources sérieuses, une mission d’Amnesty Internationnal se rend à Moroni pour le problème des prisonniers politiques et les manquements criants contre les droits humains en Union des Comores.
KIKI serait pris de panique et aurait suggeré une grosse manifestation des comoriens contre l’Union Européenne qui se montre très offensive contre le régime hors la loi du Colonel.

Le vent de la liberté va bientôt souffler et nous exigeons, pour la dignité de ce pays, la poursuite des voyous qui ont failli faire exploser notre pays avec des répercutions graves dans toute la région de l’Océan Indien.
Les démocrates Comoriens de Mayotte encouragent l’implication de la Communauté Internationale et espèrent une obligation de résultats.

Le Secrétaire Général.
BEN ALI.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*