En ce moment

Azali s’entête à se rendre à Paris malgré les avis défavorables

Plus autruche qu’Azali n’est pas encore né aux Comores. Le président comorien Azali Assoumani est « persona non grata » à Paris où il devrait rencontrer son homologue Emmanuel Macron le 22 juillet prochain. Cette visite est loin d’être favorable aux yeux de l’Etat français qui a fait savoir sa position à Moroni, évoquant une « hostilité manifeste de la diaspora » laquelle bat le pavé depuis maintenant plusieurs mois.

Pour ne pas froisser son ego, le colonel Azali refuse de s’y appliquer. Il tient à se rendre à Paris à la date prévue. Personne n’arrive à lui faire entendre raison. Pour ce faire, lui et son proches préparent en filigrane un « accueil chaleureux ». Des médias occidentaux et africains se sont vu graisser la patte pour aller couvrir l’arrivée « triomphale » du président le plus impopulaire de l’histoire de l’archipel. Mais pas que les médias. Des membres de la diaspora sont également mis à contribution. D’où ce budget de 5000€ pour perfectionner des « saluva » et « shali » à l’effigie d’Azali. Mouigni Ali, le premier conseiller de l’ambassade des Comores et désormais homme de confiance d’Azali, est la cheville ouvrière de toutes ces scénarios, d’où son séjour discret à Paris avec une mallette conséquente.

L’Imam autoproclamé veut vaille que vaille en remontrer à la diaspora qui est vent debout contre lui. Ça, c’est du Azalisme pur et dur, vouloir résoudre les obstacles en y faisant face. La partie véreuse de la diaspora est ainsi mobilisée à sa cause, tandis que le noyau dur, hostile à lui, s’apprête à lui dédier des huées sur le sol français. « Il n’en a que faire. Ce qui lui importe ce sont les quelques membres dédiés à sa cause qui vont apparaître sur Ortc », confie une source proche du dossier. À l’entendre, la rencontre avec Macron n’est plus une priorité. Le chef de l’Etat a ce désir « ardent » de faire un pied de nez à la diaspora « politisée ».

La Rédaction

2 commentaires sur Azali s’entête à se rendre à Paris malgré les avis défavorables

  1. Si son voyage rapporte plus de ce qui se perdra ce voyage est légitime.
    Mais depuis longtemps ces types de voyages reste une affaire à eux et leurs familles.

    Une évaluation nationale de son voyage doit être etablir et repartir les responsabilités après ce que peut se passer une fois azali sur le sol français.

    La présidence doit se prononcer suite à la publication de ce rapport independenment réalisé en accord avec des services compétents nationaux et étrangers.

  2. Un vrai malade mental , il est temps d’envoyer dans un asile psychiatrique cet accablé d’insuffisance mentale , ce malade pathologique . A vous de jouer chers compatriotes de la diaspora soucieuse de l’avenir des Comores , à vous de lui faire baisser sa culotte , ce fils de pute maudit .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*