Azali s’est entretenu avec le président de la banque Africaine 

Le Président  de la Banque Africaine de Développement a reçu le Président Azali, en marge de la Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD VI). Le Président de la République est allé faire un plaidoyer pour une réorientation plus efficace du financement BAD, notamment sur l’énergie. Le Président a dit que certes, les Comores doivent  se doter d’une énergie stratégique non polluante. Mais avant cela, il va falloir fonctionner et gérer les urgences. Aussi l’Etat comorien a mis sur l’énergie thermique 5 milliards  KMF. Mais pour que ce financement ne soit pas à fonds perdus, il va falloir se donner les moyens de fonctionner durablement. Donc s’occuper des problèmes de l’énergie  thermique, autres que les groupes électrogènes. Le Président a tenu à rappeler sur ce sujet que le Gouvernement réfléchit sérieusement à une énergie stratégique. Les Comores ont la chance d’avoir des possibilités dans presque toutes les énergies renouvelables  (l’eau, le vent, la géothermie, et le solaire.  Le Président a aussi demandé l’appui de la Banque Africaine de Développement pour  l’agriculture et les infrastructures, notamment routières, aériennes et maritimes. Le président souhaite un cadre de coopération avec la BAD qui accompagnera la politique de mise en œuvre de la stratégie de développement.
Le président a fini en disant que pour le budget 2017, il y aura une place honorable pour l’investissement public. Le Président de la république a enfin demandé la nomination par la BAD d’un économiste-pays en faveur des Comores pour une meilleure efficacité,  une souplesse et une rapidité dans l’exécution des projets.

Le Président de la BAD a d’abord tenu à saluer l’élection du Président à la magistrature suprême. Il a aussi salué l’intéressante démarche du nouveau gouvernement dans son dialogue avec le Fonds Monétaire International. Il a aussi dit combien il était attaché au sort des pays vulnérables en Afrique. S’agissant de l’énergie, il donne son accord pour la restructuration et dit ne pas comprendre que ce problème de l’énergie soit insoluble. Il dit que désormais la BAD et le nouveau gouvernement vont travailler main dans la main pour une solution durable pour l’énergie aux Comores. Il est donc d’accord pour cette réorientation du financement dans l’énergie. Il demande aux Comores de réfléchir au « mix énergie » car aucune énergie seule ne peut répondre durablement  aux besoins grandissant des pays. Il promet une aide budgétaire très prochainement et il est d’accord avec la proposition des Comores pour nommer un économiste-pays. Ceci est d’autant plus légitime que la BAD veut mettre en place une politique de décentralisation et de rapprochement de l’institution dans les pays membres.

Beit Salam

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*