Azali veut une Afrique déterminée à prendre en main son destin

Le président Azali Assoumani a pris part à la conférence de Tokyo sur le  développement qui se tenait en Afrique pour la première fois précisément à Nairobi. Dans son allocution, le Président Comorien a magnifié sa satisfaction de voir le Japon s’intéresser au développement de l’Afrique.

Il a notamment évoqué l’industrialisation, la santé, le secteur privé et la cohésion sociale. Le chef de l’État estime que cette conférence «constitue une opportunité offerte à l’Afrique pour qu’elle prenne en main sa destinée». Pour le président, l’Afrique devra profiter de l’implication du Japon pour développer des « relations sud-sud et gagnants- gagnants » entre pays Africains.

Il a également abordé l’épineuse question du terrorisme qui gangrène le continent Africain. Pour lui, les Comores doivent redoubler d’efforts pour s’inscrire dans la lutte que mène le continent contre les groupes extrémistes. Il met donc à disposition du continent, notre armée nationale de développement (AND) ainsi que notre force Comorienne de défense (FCD).

A.Athoumani, Comores Infos

1 commentaire sur Azali veut une Afrique déterminée à prendre en main son destin

  1. Ce qui peut aider les Comores, c’est l’effort par lequel le gouvernement Azali fera pour concrétiser ses projets de compagne. Mais,Azali doit donc, combattre efficacement ses appétits financiers. Cela,s’ajoute aussi à la maîtrise de ceux de ses ministres. Sans cet effort mental, psychologue et une maîtrise de soi, les discours seront rien. C’est l’effort de l’ensemble du gouvernement sans exception du président que le prix de leur paierait. Or, les voyages chaque jour, son salaire indécent de 18000 euros ainsi que les détournements des derniers publics ne favoriseront pas le développement d’un pays. Par ailleurs, certaines sources qui des proches du colonel, celui ci aurait fixé son scalaire fixe à 18000euros pour un pays qui vit sous perfusion étrangère. Comment voulez vous que les comoriens com prennent que ce pays ne cesse de pratiquer la manche. Conséquence de cela, notre pays n’a de crédibilité auprès de certains pays. C’est ainsi que certains pays du golfe nous dictent ce que nous devront faire, si nous leur argent. Certes,l’État doit assurer la survie du gouvernement afin de déjouer des éventuelles corruptions, mais comme la corruption est ancrée dans les mémoires de tous les hommes politiques, pourquoi assurons nous leurs moyens d’existences. Alors que nous savons pertinemment quoi qu’il en soit, ils voleront. Ce sont chienlit. Ils en abuseront toujours. Toutefois, le pire, ce qu’ils expliquent aux comoriens que le pays n’arrêtera jamais d’appliquer son seul savoir,il s’agit de faire la manche. Dans ce domaine hélas, les Comores sont en pointé devant les manouche. Rien ne peut sauver ce pays si nous continuions à pratiquer le népotisme azalien. Voyez avant qu’il arrive au pouvoir, il pratiquait la conquête musulmane, passait son dans les mosquées et conduisait les prières. Aujourd’hui, il vous demande de faire ce qu’il dit et d’éviter ce qu’il fait. Donc, pour sauver ce pays, il est nécessaire de faire un choix de lourd de sens. Protéger les biens publics, en vivant comme les comoriens de Marseille dans certains temps. Azali, doit abandonner le luxe, le narcissisme la gourmandise car, les comoriens de France font le ramadan tous les jours pour préserver leur santé financière. Les membres du gouvernement regardez l’État des hôpitaux, nous dirions des endroits où les éleveurs élevaient des truites. Regardez bordels, l’État de l’éducation, la justice qui est devenue un lieu d’échange entre criminels contre bulletins de vote ou billets de banque. Où sont les routes? Le président Azali a prononce cette phrase indigne d’un président élu au suffrage universel, je cite  » l’État de nos routes ont permis de sauver des vies, car les trous les conducteurs roulent moins vite. Pour finir, c’est la bonne volonté, la détermination et l’honnêteté qui sauvera notre nation. Ce ne sont pas les nouveaux dinosaures qui bâtiront cet état meurtri par la volonté des uns et autres qui achèveront le reste.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*