Baccalauréat 2015 : Le jury dément toute fuite de sujets

L’examen aurait enregistré, hier, un incident technique au site Imam Chafiou où compose la série G. Les candidats auraient découvert ébahi, à la distribution de  l’épreuve d’Economie générale, un sujet avec son corrigé.

image

Les rumeurs font état de nombreuses fuites de sujets de l’examen du baccalauréat, qui a débuté samedi dernier dans le pays.  Cependant, Dr Amir Djoumoi et Nouroudini Ahmada, respectivement président du jury du centre de Ngazidja et adjoint au chef de l’Office des examens et concours (Oec) de Ngazidja, rassurent qu’il ne s’agit que de fausses rumeurs. Pour eux, il n’y a eu aucune fuite de sujets de l’examen en cours. Les deux responsables s’accordent à dire que tout a été fait pour que cela n’arrive pas. Ils évoquent, cependant, de «cas de triches isolés» ou encore de «tentatives de triches».
«Je peux vous affirmer qu’il n’y aucune fuite de sujets. Il y a ici et là, et c’est normal dans tout examen, des triches et des tentatives de triches mais sans plus», a soutenu  Amir Djoumoi. Et il persiste en invitant toute  personne ayant «des preuves concrètes» à se manifester pour témoignage. «Nous travaillons avec des rapports des personnes sur places, dans les différents sites, et jusqu’à maintenant je n’ai eu aucune information relative à des fuites de sujets», a-t-il insisté. Nouroudini Ahmada s’explique aussi dans le même sens : «je confirme qu’à notre niveau, nous n’avons pas eu connaissance de fuites de sujets, ce ne sont là que des rumeurs et des ragots infondés et sans importance».

Il est à noter, par contre, que l’examen aurait enregistré, hier, un incident technique au site Imam Chafiou où composent les 94 élèves de la série G (101 au total dont 8 absents depuis le début des examens). Les candidats auraient découvert ébahi, à la distribution de  l’épreuve d’Economie générale, un sujet avec son corrigé. Ce fut les candidats eux-mêmes qui ont signalé l’erreur au jury du sous-centre. Mais étant donné que l’épreuve en question comportait deux volets pour une durée totale de 4heures, les candidats ont continué avec l’économie d’entreprise, tandis que l’Economie générale sera reprise demain à partir de 7h30 avec un sujet de remplacement. Un incident qui fait effet de domino puisque tous les candidats de la série G dans le pays doivent composer cette épreuve de remplacement.

Pour Nouroudini Ahmada, l’erreur revient au ministère de l’Education nationale car «c’est lui qui propose le concepteur du sujet et qui cherche aussi la personne qui valide, ce n’est qu’une fois ces deux conditions remplies que le sujet est présenté devant les élèves». Mais pour le chef du service de l’Oec de Ngazidja, l’important n’est pas d’indexer des personnes et des institutions. «Il  faut maintenant aller au-delà  et essayer de reconsidérer les corrections. On ne peut pas sanctionner un élève pour nos erreurs car il faut prendre en compte le fait que des cas similaires soient peut-être passées inaperçus», a-t-il estimé.

Abdallah Mzembaba/ Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*