Bahari Resources : « Nous pensons parler de forage d’exploration dans l’année 2017»

Le journal Al-watwan a rencontré, mardi 15 juin, Mr  Peter C. Wakeling et Mr  Christopher  Budden, respectivement Président directeur général et directeur général de Bahari Resources Ltd Comores. Ils parlent dans cette interview de l’évolution des travaux de prospection menés par le groupe dans le cadre du Contrat de partage  de production (Cpp) signé avec les Comores. Ce Cpp entre le gouvernement Comorien et Bahari Resources Limited, en partenariat avec Discover Exploration, conclu le 8 mars 2013, est entré en vigueur depuis son approbation le 19 mars 2014  par l’Assemblée nationale. Selon eux, actuellement le plus difficile est de forer dans les eaux aussi profondes où sont localisés les blocs de Bahari Resources ltd. C’est une opération de très haut niveau technique mais aussi très couteux.  «Si tout se passe comme prévu, nous pensons commencer à forer dans l’année 2017», nous ont-ils déclaré.

image

Comment évoluent actuellement les travaux de prospection ?
Dans la première année contractuelle beaucoup de choses ont été faites en un temps record. En un an, nous avons pu remplir toutes les obligations de la phase d’exploration initiale qui  devait durer normalement quatre ans. Ce n’est pas rien!  Nous avons fait plus de 2.000 kilomètres d’études sismiques 2D et la collecte des données magnétiques, entre autres. Et les travaux continuent à la même vitesse et nous en sommes satisfaits.

On en est à quel stade?
Début mars 2015,  les données définitives en profondeur traitées de la campagne d’acquisition 2014, menée par le groupe Gxt. Le traitement est réalisé aux Etats-Unis par un centre spécialisé dans le traitement de données sismiques. Nous avons continué l’étude de ces données et nous en sommes presque à la fin de leur interprétation. Une réunion technique avec nos partenaires, Discover Exploration, est prévue prochainement au vue de tout cela.

Peut-on savoir de quoi parlent ces données?
Les nouvelles données en profondeur ont bien entendu fourni plus d’informations que les premières. A l’entrée en vigueur du Cpp,  nous avons acheté les 1.500 kilomètres de données disponibles concernant les blocs contractuels de Bahari Resources Ltd (blocs 35, 36 et 37). Cependant ces données qui ne concernaient seulement qu’une «ligne-profil»  de la direction Nord-Sud se sont averées importantes mais insuffisantes. La nouvelle campagne d’acquisition faite entre mai et août  2014, nous a permis d’ajouter 7 lignes de données complementaires dans la direction Nord-Sud et 14 lignes dans la direction Est-Ouest. Avec ces informations supplémentaires, nous avons mis en évidence de nouvelles choses encourageantes.

Quand est ce que peut-on  parler de forage?
C’est la question que tout le monde se pose. «Si tout se passe comme prévu, nous pensons commencer à forer dans l’année 2017».  Il faut noter qu’un forage coûte entre 500.000 et 1 million Usd par jour de forage. Il est prévu au minimum 70 jours en ce qui concerne nos blocs et ce sans compter les problèmes techniques. A savoir que la zone en question est une zone mal connue. On ne maitrise ni la pression, ni la température et encore moins les fleuves qui traversent la mer dans cette zone. Selon la localisation des blocs de Bahari Resources Ltd, la zone moins profonde est presque de  2200 mètres de profondeur et les plus profondes, situées Nord-Est et  Sud-Est, sont presque à 3.000 mètres de profondeur.

Quels sont les projets sociaux aujourd’hui financés par Bahari ?Les obligations dans le contrat sont claires. Le Comité de direction, composé de membres choisis par le gouvernement et nous-mêmes, se réunit selon un calendrier et  décide des  projets à financer en tenant compte de leurs pertinences et leurs impacts sur la population comorienne. Ces projets doivent absolument avoir un impact large et positif sur la population. Actuellement, Bahari Resources Ltd  finance le projet de réhabilitation du Poste de santé d’Itsamia à Mwali. Le Croissant Rouge Comorien apporte son  assistance, par son expérience dans le domaine sanitaire, pour l’organisation  des appels d’offres et le suivi des travaux sur le terrain. les travaux ont officiellement commencé le 27 mai dernier. D’autres projets seront financés, conformément aux dispositions du contrat et toujours en accord avec le Comité de direction.

En ce moment, il y a rebondissement dans le litige entre le gouvernement comorien et la société  Boule Mining. Il est question de la vente dans des conditions opaques de la totalité des blocs pétroliers déjà identifiés, dont les blocs contractuels détenus par Bahari Resources Ltd. Cette affaire n’affecte-t-elle pas vos activités?
Nous restons positifs puisque, en ce qui nous concerne, nous avons suivi tout le processus réglementaire et législatif en vigueur aux Comores. Nous sommes dans les normes. Pour dire, notre contrat est passé par le Bureau géologique des Comores en ce qui concerne la partie technique, discuté en conseil de ministres et validé par l’Assemblée nationale. Pour nous, cette affaire ne nous concerne pas et reste le dernier de nos soucis. Par contre, nous pensons plutôt que cette affaire inquiète ceux qui veulent acquerir de nouveaux blocs.           
Propos recueillis par
Kamardine Soulé/ Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*