Bilan Azali: Libertés, retour 20 ans en arrières

L’un des secteurs qui accusent une régression avec l’avènement du régime Azali II n’est autre que celui des libertés que ce soit individuelles et de la presse. Celle de l’expression est muselée progressivement par le pouvoir en place à commencer par la multiplication des arrestations des journalistes dont Abdallah Agwa entre autres. La station labaraka fm a été fermée à plusieurs reprises soit par le ministère de l’intérieur ou par le préfet d’Itsandra. Des radios comme Rtmc de Mbeni ont reçu des menaces de fermeture. On peut dire que le gouvernement ne supporte guère la critique. Pour les libertés individuelles, nous avons constaté des caméras de surveillance posés dans Moroni à l’initiative du ministre de l’intérieur. Si les raisons avancées sont la lutte contre la délinquance, le délit de fuite et le terrorisme, n’empêche qu’une telle initiative pourrait déboucher à une utilisation abusive des données qui seront récoltées par les caméras. Ailleurs, ces caméras de surveillance ont eu l’adhésion de la population, mais aux Comores, cette population n’a pas eu son mot à dire.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*