Boléro monopolise la Fête Nationale du 6 juillet en excluant délibérément le Général Salimou et l’ancien-président Sambi

40e anniversaire de l’indépendance des Comores sera célébré demain lundi 6 juillet. Selon de sources internes de la commission chargée de cette manifestation, Monsieur Boléro a pesé de tout son poids pour éliminer deux grandes personnalités comoriennes dans cette fête à savoir : le général Salimou haut gradé militaire du pays, ancien chef d’état-major de l’And et Ahmed Sambi, ex Rais de l’union des Comores.

image

Selon notre informateur qui souhaitait garder l’anonymat, Boléro ne veut plus entendre ces deux noms car il ne digère pas leur popularité acquise lors de la libération du pays, malgré la divergence de certains membres du gouvernement qui voyaient autrement qu’il serait mieux d’inviter tout le monde.

Le Directeur du cabinet par contre quand l’idée de ne pas inviter ni les anciens chefs d’Etat, ni les anciens chefs d’état-major a été évoquée pour éviter la polémique, Boléro aurait failli quitter la salle avec un ton menaçant, il aurait dit, pourquoi dans ce pays les gens sont toujours attachés de ce Général Salimou ? Est-il le seul libérateur qui existe au monde, bien il est le Général qui libéra le pays comme De Gaulle et alors ? Pour ce qui est de Sambi, sa présence aurait été acceptée mais avec certaines conditions. Mais connaissant le caractère manipulateur de l’ancien Rais Sambi, Boléro aurait préférée tout simplement de ne pas lui inviter.

En effet, le gouvernement a décidé d’inviter le Colonel Azali Assoumani que d’ailleurs Boléro se prépare en catimini se rallier officiellement dans deux mois.

La question que les Comoriens se poseront, pourquoi le Directeur de Cabinet Monsieur Boléro politise le 40e anniversaire de l’indépendance de tous les Comoriens ? Pourquoi a autant de haine contre le Général Salim et Ahmed Sambi ? Certainement, les cartons d’invitations sont décidées par Boléro, mais dans notre fête nationale, les comoriens auraient aimés voir tous les fils du pays unis.

BADROU AHMED

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*