Ça chauffe au port de Mutsamudu

Au moment où j’écris ces lignes, le torchon brule à Mutsamudu entre les forces de desordres, pardon, de l’ordre qui repoussent les agents de EPPAM réclamant leur droit.
Je déplore la division de certains agents qui se font acheter à vil prix oubliant qu’ils ont des droits à défendre ensemble et d’une même voix. Ils ont les fausses promesses des responsables mafieux qui ne pensent qu’à leur ventre.

J’appelle ces agents à prendre conscience de leurs erreurs et à rejoindre leurs collègues dans ce combat contre les mafieux qui les emploient.
Aucune division ne peut garantir leur succès.
J’appelle les forces de l’ordre à ne plus maltraiter des pauvres agents qui sont en droit de reclamer leur salaire et qui exige la démission des voyous qui les volent et corrompent.

EPPAM a perdu sa crédibilité depuis le départ du pragramatique et patriote SAID OMAR AZHAR, qu’il repose en paix dans son paradis élévé à côté de sa tendre mère.
J’appelle également à une organisation syndicale large pour la défense des droits des travailleurs.

Le Procureur de la République doit être saisi afin de procéder à l’arrestation des responsables mouillés dans cette mafia, en particulier l’ancien procureur qui a fait fi à la loi en connaissance de cause.
A la victoire Petit peuple!

BEN ALI.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*