Carton Rouge pour les élus de Sambi

Au rythme où vont les choses, il est clair que le pays ne fera que sombrer davantage vers le précipice. Broyée par l’inertie, la corruption, le clientélisme, l’amateurisme et l’anarchie, mon pays est en passe de devenir un simple espace ressemblant aux réserves « dédiées » aux indigènes au 18éme siècle. Regarder en face l’état de notre pays, il n’y a aucune perspective de redressement, aucun axe de progrès ne se dessine, aucune construction digne d’être retenu par l’histoire, aucune orientation claire qui puisse donner aux générations montantes des raisons d’espérer et de croire en l’avenir.sambi-com

Tous les jours, on entend des cris par-ci, par-là. On en a marre de cette crise interminable sans issue avec la crise sociale qui s’aggrave : « Tsi Madji tsi Mwedje », « Tsi lapitali », « Ye mayecha Ngaoyo Madziro ». Ce qui sort de leur esprit et de leur pensée à chaque lever du soleil de la population locale.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Le citoyen ordinaire préoccupé par la dégradation alarmante de la situation quant à lui, lance un appel pathétique et patriotique à l’ensemble de la communauté international, y compris la France qui reste notre partenaire principal d’user de toutes les moyens diplomatiques, politiques et économiques pour redonner un second souffle à mon pays qui souffre en silence, et convaincre en même temps les acteurs politiques pour la tenue d’une conférence sur les enjeux de l’accord cadre conclu à Fomboni le 17 février 2001 et qui pourrait aboutir à deux principales conclusions.

D’une part sur la candidature de Sambi en 2016 dans le cadre constitutionnel actuel, le bilan de la tournante présidentielle, ainsi que sur l’hypothèse la plus probable d’une révision de la constitution et d’autre part à se mettre d’accord sur l’implication d’une équipe de médiation de la communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), d’élaborer une feuille de route consensuelle qui servira de cadre légal d’une transition politique, incluant la mise en place d’ une commission d’enquête sous supervision des juges de la CPI afin de mener des investigations approfondies sur les crimes économique et financiers au sommet du pouvoir, y compris sur les sociétés d’état, les douanes, les passations de marché des années 80 à nos jours.

Aujourd’hui, nous n’avons d’autre alternative que de semer les bonnes graines, en gardant à l’esprit l’image de nos grands-parents et nos parents, leur ardeur au travail, leur amour de la terre, la natte de « doum » sur laquelle ils priaient cinq fois par jour, et tant d’autres traits gravés à tout jamais dans notre mémoire, en espérant qu’elle donneront un jour de belles pusses qui se pareront à leur tour de magnifique fleurs roses, dont la beauté et le raffinement redonneront aux génération montantes l’amour de leur pays et le désir de l’embellir et d’en faire le petit coin de paradis qu’il aurait du devenir de notre vivant.

Salim Maabad/LGDC

1 commentaire sur Carton Rouge pour les élus de Sambi

  1. La chose ne pas de dire que le pays va mal,que mes choses vont de travers car CEMA même mon neveux de deux ans pourrait le dire et sans encombre. Mais ce qui serait trop juste sage et plutôt mature, serrait de proposer des solutions, des vrais solutions quand a la situation et arrettons de nous voiler la face et soyons enfin des hommes. Arrêtons d’accuser à tors la constitution, car elle n’est nullement responsable de tous ce-la. Une loi n’est jamais mauvaise m

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*