C’est la faute de la France si les Comores peine à manger, à se soigner…

ACCUSÉ, LEVEZ VOUS!

Vous avez sept chefs d’accusation:

Vous êtes accusé de politique génocidaire contre votre propre peuple que vous envoyez à la mort dans le bras de mer Anjouan/Mayotte;

    vous êtes accusé de haute trahison à la Nation;
    vous êtes accusé de complicités actives dans une organisation de prostitution des femmes fuyant la misère;
    vous êtes accusé de non assistance à peuple en danger;
    vous êtes accusé de corruption des biens communs;
    vous êtes accusé d’une volonté délibérée d’affamer le peuple et de piétiner les libertés les plus élémentaires;
    vous êtes accusé de possesseur de mauvaise foi dans la rémunération des fonctionnaires du pays;
    vous êtes accusé de faux, usage de faux et trafic mensongère sur la gestion du différend Comores/France sur Mayotte.

Il s’agit du procès de l’Etat comorien contre ce pauvre archipel que les différents chefs d’Etat persistent à clouer dans la misère et la corruption généralisée.

Sa défense ne tient pas de débout. Ses avocats plus corrompus que lui répondent:

C’est la faute de la France si les Comores peine à manger, à dormir, à se soigner, à apprendre et même à réfléchir. Défense irresponsable, insultant notre intelligence, et rabaissant la dignité et la liberté humaine.

Un chapelet de candidats se bousculent pour les élections dans un pays où réellement, un candidat consciencieux doit avoir peur de se présenter au vu de tous les dossiers difficiles à gérer, un pays qui ne garantit pas les conditions fondamentales.

Ce sont plutôt des chasseurs de trésor par le vol, la mafia financière, le clientélisme et de l’exploitation de misère humaine.

J’appelle la population à faire pression pour que les jurés condamnent à la peine capitale ce monstre qui doit changer de fonds et de forme. La désobéissance civile, la fermeté à refuser l’injuste doivent être les maîtres mots pour un changement possible, irrépressible et irréversible.

BEN ALI

image

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*