Cinq étudiants comoriens arrêtés à Madagascar

Selon le nouveau secrétaire général au ministère des Relations extérieures (Mirex), la situation des étudiants comoriens à Madagascar fait partie des priorités du chef de la diplomatie comorienne, Abdoulkarim Mohamed, qui va profiter de son déplacement à Tana, dans le cadre de la réunion ministérielle des pays de la Commission de l’océan Indien (Coi), pour débattre du sujet avec les autorités malgaches.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

image

De nombreux étudiants comoriens seraient aujourd’hui en état d’arrestation à Madagascar pour situation irrégulière. La police malgache aurait, ces derniers jours, procédé à «des assauts nocturnes» pour appréhender ces «clandestins». Seda Ibrahim Biladi, président de l’Association des étudiants comoriens à Madagascar, dit ignorer les raisons exactes de ces arrestations puisque, dit-il, des étudiants en règle auraient même été «cueillis». Il parle plutôt de «persécutions». Et d’ajouter : «La police fait irruption dans nos maisons et opère des arrestations abusives. On nous dit que ceux qui disposent d’un visa valable sont arrêtés pour des contrôles». Les étudiants comoriens se demandent alors «pourquoi nos frères ne sont pas renvoyés aux Comores, mais emprisonnés à Antanemora».

Une réunion a eu lieu, hier, lundi à l’ambassade des Comores à Madagascar. La police a été ainsi invitée à suspendre ses descentes nocturnes dans les résidences des Comoriens «en attendant les négociations entre les deux pays». Selon le nouveau secrétaire général au ministère des Relations extérieures (Mirex), Ahamada Hamadi, le dossier fait partie des priorités du chef de la diplomatie comorienne, Abdoulkarim Mohamed, qui va profiter de son déplacement à Madagascar dans une semaine, dans le cadre de la réunion ministérielle des pays de la Commission de l’océan Indien (Coi), pour débattre du sujet avec les autorités malgaches. A en croire Seda Ibrahim Biladi, on dénombre cinq cas d’arrestations d’étudiants en situation irrégulière tandis qu’une jeune fille en règle serait toujours en garde-à-vue et une autre est poursuivie pour détention de papiers malgaches, faux et usage de faux.

«Nous comprenons les difficultés auxquelles sont confrontés les étudiants et le gouvernement compte prendre toutes les dispositions nécessaires pour avoir une discussion franche avec les autorités malgaches afin de parvenir à une solution rapide et efficace», nous a confié Ahamada Hamadi. Il estime «que les étudiants comoriens ne doivent aucunement être stigmatisés ou subir un traitement particulier ; ils doivent entrer dans un droit commun comme tous les étudiants étrangers dans la Grande île».

Si l’on en croit le secrétaire général, «les Comores sont le seul pays à payer un visa de court séjour à Madagascar; nous espérons que cette situation va changer et que les autorités malgaches rendront plus flexibles les démarches pour l’obtention des visas de long séjour». Il appelle enfin les étudiants comoriens à respecter les us et coutumes malgaches, à être en conformité avec la loi de leur pays hôte et à éviter toute provocation ou ingérence dans les affaires malgaches. «Nous appelons aussi les autorités malgaches à faire preuve de discernement chaque fois qu’elles ont un problème avec un ressortissant comorien», poursuit Ahamada Hamadi.

Abdallah Mzembaba/Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*