Cinquième Concours «Ambassadeurs en herbe»: les représentants de l’école Henry Matisse sont connus

Cinq élèves, parmi dix sélectionnés, Moinaecha Ibrahim (Cm2), Rivol June (5ème), Omar Mohideen (4ème), Naod Abye (3ème) et Houdad Ali (2 nd), ont été retenus par le jury pour représenter l’Ecole Henry Matisse à la finale régionale du concourt prévu à Nairobi au Kenya, entre le 20 et le 22 mars prochain.


Par Nassila Ben Ali

La finale du concours national des élèves de l’école Henry Matisse, qui entre dans le cadre de l’Action pédagogique Pilote monde «Ambassadeur en herbe», a eu lieu, samedi dernier, à l’école française de Moroni. Etant donné que la France a déposé sa candidature pour l’organisation des jeux olympiques de 2024, l’établissement a choisi pour cette cinquième édition le thème de l’olympisme, sa création, ses valeurs, sa devise. Cinq élèves parmi dix sélectionnés ont été choisis par le jury pour représenter l’Ecole Henry Matisse à la finale régionale qui aura lieu à Nairobi du 20 au 22 mars prochain. Il s’agit de Moinaecha Ibrahim (Cm2), Rivol June (5ème), Omar Mohideen (4ème), Naod Abye (3ème) et Houdad Ali (2 nd). «Au début on avait une soixantaine d’élèves dont une quarantaine de l’école primaire. Au final, avec l’aide des enseignants qui ont beaucoup travaillé avec les élèves, on a pu sélectionner les dix meilleurs qui ont participé à la finale d’aujourd’hui.», a indiqué samedi la chef de l’établissement, Le Roy.

Ce concours régional regroupera les cinq élèves finalistes des écoles françaises de Maurice, de Madagascar, d’Afrique du sud, du Burundi, du Kenya, du Zimbabwe, d’Ethiopie et des Comores. Les finalistes régionaux vont prendre part à la finale mondiale prévue à Paris, en France, en mai prochain. La directrice de l’école a tenu à «féliciter tous les élèves qui ont participé à ce concours» et à dire aux vaincus qu’ils peuvent, suivant le règlement, participer l’année prochaine.

«Cap sur Paris»
 
Placée sous le parrainage de l’Unesco, ce concours se veut être «une fête de la fraternité et de la liberté d’expression plurilingue» entre les élèves des établissements scolaires du monde entier où on enseigne en français. Ce projet, qui concerne uniquement les élèves de niveau primaire et lycée, fait appel à des compétences de plurilinguisme et de médiation linguistique et culturelle autour de questions d’actualité internationale, transversales et pluridisciplinaires. «Le concours se développe autour de véritables pratiques d’oral diversifiées. Les joutes se font en français et dans la langue du pays d’accueil, avec des synthèses d’interprétariat en anglais, ce qui suppose de mettre en œuvre des compétences linguistiques affutées», a rappelé la chef d’établissement.

L’année dernière deux élèves d’Henry Matisse s’étaient qualifiées pour la finale mondiale de Paris. Interrogé après sa qualification, Omar Mohideen, l’élève qui a requis l’unanimité du jury selon Le Roy, a manifesté sa joie d’être parmi les élèves qui représenteront l’école à Nairobi. «Je ne compte pas m’arrêter au Kenya, j’espère aller jusqu’à Paris et remporter un trophée. Avec l’aide de mes enseignant cela est possible», a déclaré le petit garçon de niveau cinquième.

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*