Circulation routière à Ngazidja : Pagaille dans l’immatriculation des véhicules

“Les agents du service des mines ont commis une erreur. Ils ignorent comment on procède”, affirme Bakari Moindjié, directeur de la réglementation de la sécurité et circulation routière. Pour lui, ces agents ignoraient la technique qui consiste à combiner les lettres alphabétiques et composer les numéros d’immatriculation des véhicules, la fameuse “matrice carrée d’ordre 2”.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

L’erreur est admise au niveau des services compétents, qui précisent que le dérangement a été constaté tardivement. “On a poursuivi la procédure entamée jusqu’au bout (999) avec la combinaison AB. Plus de 150 véhicules avaient été immatriculées avec cette combinaison. Il était donc difficile de retirer les numéros car il aurait fallu, dans ce cas, rembourser tous ces clients”, explique Saïd Hassani Saïd Cheikh, responsable du bureau des mines de Ngazidja.

“La bonne combinaison selon la procédure devrait être BB après le AA”, confirme-t-on au bureau des mines. Un arrêté ministériel de la vice-présidence en charge de l’Aménagement du territoire de l’année dernière et visant à “harmoniser” l’immatriculation des véhicules dans le territoire national avait indiqué que l’immatriculation des véhicules à Ngazidja commencerait par la série AA dès qu’on aura atteint le numéro 999 Z 73 Mais rien n’a été dit sur la suite.

L’évaluation du parc automobile national sur la base des numéros attribués reste peu fiable, l’immatriculation des véhicules des corps diplomatiques, des projets et autres catégories d’automobiles échappant totalement audit service.

Saminya Bounou
__________________________________________________________________


Quelle immatriculation pour les autres pays?

Selon les pays, la plaque peut comporter des chiffres, des lettres, des chiffres et des lettres dans un ordre spécifique ou dans un ordre quelconque. Il existe deux concepts d’utilisation de plaques d’immatriculation. Certains pays, comme le Royaume-Uni ou l’Italie, utilisent les plaques pour identifier un véhicule.

Quel que soit le propriétaire, cette plaque accompagne le véhicule tout le long de sa vie; le cas particulier des déménagements, dans les pays où l’indication géographique est également indiquée, est réglé par des spécifiques. Dans d’autres pays, comme la Belgique ou la Suisse, la plaque est attribuée au propriétaire, qui la conserve lorsqu’il change de véhicule. Identifiant alors le propriétaire, la plaque fait également office d’attestation d’assurance, le propriétaire devant rendre les plaques à l’administration lorsqu’il n’est plus assuré.

La notion de plaques interchangeables peut alors y exister, le même jeu de plaques est utilisé pour les différents véhicules d’un même propriétaire, celui-ci ne pouvant utiliser, ou autoriser l’utilisation à des tiers, qu’un seul de ses véhicules à la fois. Les Comores, tout comme la France, ont choisi l’identification des véhicules et non de son propriétaire. L’Hexagone a ainsi mis en place, depuis 2009, un nouveau système d’immatriculation des véhicules (Siv), adopté sur la base du système italien, en vigueur depuis 1994.

Le principe de numérotation est le suivant: :
– de AA-001-AA à AA-999-AA (les chiffres évoluent en premier);
– de AA-001-AB à AA-999-AZ (2e élément lettres de droite);
– de AA-001-BA à AA-999-ZZ (1er élément lettres de droite);
– de AB-001-AA à AZ-999-ZZ (2e élément lettres de gauche);
– de BA-001-AA à ZZ-999-ZZ (1er élément lettres de gauche).

Alors que les autres îles comoriennes sont encore dans les combinaisons 001 A 71 (ou 72) à 999 Z 71 (ou 72), Ngazidja a commencé depuis quelques mois les combinaisons avec deux lettres suivies de 73 qui indique la zone d’immatriculation. La série avait débuté avec 001 AA 73 pour atteindre 999 AB 73. Ensuite, les véhicules suivants ont lancé la combinaison BB.

En comparaison avec le principe de numérotation appliqué en Italie et en France, même si la nomenclature n’est pas totalement identique, l’immatriculation des véhicules comoriens devrait continuer à faire évoluer la deuxième lettre de droite (AA, AB, puis AC et ce jusqu’à AZ) avant que le premier élément lettres de droite puisse évoluer (BA, BB, BC…, BZ, CA… pour finir avec la combinaison ZZ).

Pour vérifier cette comparaison, il faudrait faire abstraction des deux éléments lettres de gauche du Siv français et ajouter les chiffres qui indiquent la zone d’immatriculation, qui correspond aux Comores à chaque île. Dans certains systèmes toutefois, si le véhicule ne quitte pas sa zone d’immatriculation d’origine, il ne change pas de numéro; en revanche en cas de changement de zone (même s’il ne change pas de propriétaire), il doit lui être attribué un nouveau numéro.

Cette question de changement de zone, reste encore tolérée par les autorités comoriennes, pour un principe d’unité du territoire national. Seulement, dans le cas d’une installation définitive, le véhicule devrait avoir un numéro d’immatriculation de la nouvelle zone.

IOD

 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*