Cisjordanie : des colons israéliens incendient une maison, un bébé brûlé vif

Un bébé palestinien d’un an et demi est mort, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans un incendie provoqué chez lui par des colons israéliens en Cisjordanie occupée. Grièvement blessés, ses parents ont été hospitalisés, tout comme un garçon de quatre ans, le seul de ses deux fils que le père a pu sauver, faute d’avoir suffisamment d’électricité pour repérer le plus jeune, rapporte notamment «Haaretz».

image

Réagissant au drame, Mahmoud Abbas a prévenu qu’il entendait s’adresser à la Cour pénale internationale (CPI). «Rien ne nous arrêtera dans notre volonté de porter plainte», a affirmé le président de l’Autorité palestinienne. Il a dénoncé «les crimes de guerre et les crimes contre l’Humanité commis chaque jour par des Israéliens contre le peuple palestinien».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a – chose rare – qualifié cette attaque d’«acte de terrorisme» des colons juifs. Il a adressé ses condoléances à la famille Daobasa et promis que «les coupables seront traduits en justice».
Vers 4 heures du matin, quatre colons qui avaient pénétré à Douma, près de Naplouse, ont mis le feu à deux maisons située à l’entrée de ce village palestinien avant de s’enfuir en direction d’une colonie voisine, précisent les services de sécurité palestiniens. Ils ont inscrit au mur les graffitis «revanche» et «longue vie au messie», selon des photos diffusées par l’association israélienne Rabbis for Human Rights sur Facebook.

Les colons qualifiés de «terroristes»

La mère de famille est dans un état «très grave» avec des brûlures au troisième degré sur 90 % du corps, a précisé un médecin israélien à la radio publique en affirmant que «sa vie est en danger». Le père serait également «brûlé à 80 %».

L’armée israélienne confirme l’attaque et la mort du bébé, la radio militaire affirmant que deux hommes masqués ont lancé des bouteilles incendiaires contre les deux maisons. «Cette attaque contre des civils palestiniens est un acte de terrorisme barbare. IDF (les forces de défense israéliennes, ndlr) a intensifié ses efforts pour localiser les terroristes responsables», a tweeté un porte-parole de Tsahal, Peter Lerner, qui a indiqué que l’armée opérait dans le secteur de l’incendie.

Le Hamas promet «une punition à la hauteur de ce crime»

Malgré ces réactions inhabituelles de la part du gouvernement israélien, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) tient ce dernier pour «entièrement responsable» du drame, y voyant la «conséquence directe» de l’«impunité» accordée selon elle par les autorités israéliennes aux colons. «On ne peut dissocier cette attaque barbare» d’un «gouvernement qui représente une coalition pour la colonisation et l’apartheid», a affirmé le numéro deux de l’OLP, Saëb Erakat. Le Hamas a promis «une punition à la hauteur de ce crime» qui «fait des soldats de l’occupant et des colons des cibles légitimes partout».

Leparisien.fr

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*