Comment Boléro prépare-t-il la fête Nationale du 6 Juillet 2015 ?

Comment Boléro prépare-t-il la fête Nationale du 6 Juillet 2015 ? Sambi sera-t-il invité ou il s’invitera lui-même ?
Aux Comores ces derniers temps, les sorties de l’ancien président Ahmed Sambi provoquent de vague de violences, ainsi dire, insécurité et irrespect envers le président de la république Iklilou Dhoinine et cela devant l’impuissance de l’autorité de l’Etat.

image

Le gagnant dans cette histoire, c’est Hamada Boléro, connu d’être un grand manipulateur, calculateur pour sa survie politique. Il trouve le malin plaisir de voir notre président de la république être humilié dans les cérémonies publiques par son prédécesseur sans que cela le gêne. Le calcul de boléro est simpliste, tant que Sambi continue à déstabiliser le régime Ikililou, le chargé de la défense en crée son utilité de rester intouchable dans le gouvernement.

Mais cette fois-ci commençant à prendre conscience de la dangerosité de son jeu, Boléro débute à prendre la menace de Sambi aux sérieux. Le cabinet de la présidence pourrait envisager de ne pas inviter Sambi à la fête Nationale de cette année qui est aussi le dernier 6 juillet du quinquennat d’Iklilou. Le motif est simple, Sambi sera priver d’honneur pour de raison de l’ordre public, ce qui n’est pas faux en soi, mais pourquoi cette décision préventive aujourd’hui et pas hier ? Or, ça fait quand même un bon moment que le chef du parti Juwa ne manque aucune occasion pour mettre à mal cet ordre public.

Mais si aujourd’hui, le bolerotchev comorien veut en finir avec la provocation Sambiste c’est que l’enjeu est considérable pour l’image de l’enfant de Mohéli. Il voudrait coute que coute que le dernier 6 juillet de son patron Iklilou finisse sans les hués de la milice de Sambi.

Donc, Sambi risque cette année de joindre le Général Salimou dans la fameuse liste d’office des exclus de Boléro pour les cérémonies Nationales, notamment, celle de l’indépendance du pays.

Mais le problème qui tracasse le gouvernement de Boléro dans cette affaire c’est quand Ahmed Sambi, imprévisible qu’il est, décidera à se rendre dans cette fête à la place de l’indépendance sans invitation, ou comme citoyen ordinaire. Les badauds de Sambi pourront essayer ce coup pour mettre la pression au gouvernement.

Ni l’imam de l’opportunité politique Ali Msaidié comme disent les fans de Sambi, ni Boléro, ne pourront bouger le doigt devant une telle situation. Le mythe de boléroisme va tomber à ciel ouvert, quel que soit l’issue, comme quoi, en matière des affaires étatiques, le président de la république, soit il est chef ou un vaut rien que tout le monde marche dessus.

MIKIDACHE Bourhane Ahmadou

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*