Comment peut-on émerger avec des nœuds de division ?

Rétrospection des Comores indépendants :

Comment peut-on émerger avec des nœuds de division ?

« Les Comoriens doivent s’unir, s’asseoir pour faire le bilan des 42 années d’indépendance afin de mieux construire l’avenir d’une nation ». Je crois que nous tous, sommes d’accord sur cette rétrospection. C’est en tout cas le principe de la première proposition de la tenue des Assises nationales. Une idée à saluer qui se présente exactement à un moment où le Président de la République trace une initiative à saluer et à soutenir : Les Comores émergent d’ici 2030.

Si nous autres, jeune génération, attendions un jour d’un Candidat à la présidence une vision d’avenir, de développement et de prospérité – ce que nous n’avons jamais eu comme promesse électorale – sommes tous derrière le Chef de l’Etat actuel pour le projet d’émergence, il n’en demeure pas moins que certaines réactions des autorités de l’Union et de quelques hautes personnalités nous poussent à soulever des interrogations.

En effet, comment peut-on aujourd’hui clamer vouloir être le père fondateur d’un pays émergent et au même moment manœuvrer pour porter atteinte à la seule solution que le peuple a trouvé pour sauvegarder l’Unité nationale ? Mon approche n’est pas d’être pour ou contre la Tournante, non, pas du tout. Ce que je défends c’est l’émergence d’un pays indivisible et unis dans la confiance mutuelle de ses leaders politiques et sa population.

Le cercle du Chef de l’Etat doit être clair avec les Comoriens. Allons-nous organiser des assises pour faire le bilan de la tournante ou celui des 42 ans d’indépendances ? « Ne mélangeons pas le lait avec la sauce de poulet », comme aurait dit un grand notable. Car il n’y a de doute que la présidence tournante a permis de calmer – plus ou moins – les ténors séparatistes. A l’heure actuelle, le peuple s’en moque de savoir si la tournante est elle-même une bonne chose ou pas. Ce qu’on cherche à apprécier c’est de ne pas diviser les îles en privant les autres d’avoir la chance de gouverner le pays.

Un ami de Mohéli m’a dit un jour qu’il n’aurait jamais été remarqué dans l’administration publique si la présidence n’était pas revenue à son île. « Aujourd’hui mes compétences sont reconnues et j’exerce parmi les experts du pays », se félicite-t-il. Il ne faut pas se voiler la face : Il a parfaitement raison ! Mais on reviendra davantage sur ce sujet du bilan de la tournante.

Ce qui nous inquiète aujourd’hui, c’est le double discours du Chef de l’Etat. D’une part il envisage de bâtir un archipel émergeant avec toutes les ressources nécessaires, d’autre part il soulève de mines brûlantes en affirmant ne pas être contre la levée de la tournante. Azali Assoumani est conscient que la cessation de la tournante tout de suite, avant le second tour de règne d’Anjouan et Mohéli, est contraire à l’émergence. Car le pays va sombrer dans le KO !

Donnons le droit aux autres îles de gouverner le pays jusqu’à la fin du régime de Mohéli, et là, reviendrons-nous faire le bilan de la tournante. En attendant, halte à la manipulation des uns et des autres. Si l’actuel Chef d’Etat ne cesse de rappeler aux Comoriens qu’il est Militaire pour un semblant d’intimidation, il nous revient de lui tirer la remarque que « l’argent, comme le développement – donc l’émergence – n’aime pas la guerre ». On ne peut prôner une émergence et en même temps provoquer des sujets qui fâchent. Il est temps, je pense, de dénouer la corde qui retient notre développement.

Hodary Said Hilali

3 commentaires sur Comment peut-on émerger avec des nœuds de division ?

  1. Un dictateur local azali assoumani Mougabe ne cesse de dire que la France est de retour aux Comores pour les produits pétroliers.
    Critiquer un pays pour son comportement, c’est rompre définitivement avec ce dernier. Mais, on ne peut pas avoir à la fois le beurre et l’argent du beurre. Azali assoumani Mougabe, souhaiterait avoir l’appui de Paris pour s’éterniser au pouvoir. Sauf que ses critiques à l’égard de la République française agacent les autorités de ce pays.
    Azali assoumani Mougabe est-il schizophrène où ce sont les assises qui lui perturbent ?

    Azali assoumani Mougabe a fait savoir aux Moheliens que la France est de retour aux Comores pour récupérer les gisements pétroliers.
    Ce discours prononcé à Moheli est très controversé.
    D’abord, ce n’est pas un discours d’un patriote. Car, il n’a pas dit cela en tant que président qui veut préserver les intérêts de la nation. Mais, parce que le berceau des droits de l’homme refuse de le maintenir au pouvoir au delà de son mandat. Ce dictateur se dote trois pattes.
    Tout d’abord, une patte pour l’Arabie Saoudite. Il s’agit de caresser les pétrodollars afin de remplir ses comptes bancaires. Ensuite, une patte pour la France. Celle ci a pour objectif de faire en sorte que le pays des lumières le soutienne. Et enfin, la dernière patte est réservée au peuple comorien. Cette dernière joue le rôle de pyromane. Elle critique sans cesse la France devant des foules afin de leur montrer qu’il n’aime pas la France.

    Par ailleurs, cette politique de triple faces est très dangereuse. Car, elle produira les effets inverses. Nous avons vu dans l’histoire que les présidents qui ont voulu jouer ce jeu ont péri au milieu de la route. C’est le cas d’Ali Soilihi, Abdallah et Djohar. Tous, ont joué avec le feu.
    Or, nous savons que la France n’a pas d’ami mais elle a des intérêts à défendre disait le général. Bien sûr qu’on peut critiquer la politique étrangère de la France. Mais, sachez que ce pays est la 5er économie du monde. Si elle a cette place c’est parce qu’il y en a d’autres qui sont au bas du tableau.
    Sans soutenir sa politique étrangère souvent agressive, il se pourrait que si nous étions au sommet comme la France nous ferions la même politique. D’ailleurs, ce comportement de mépris existe entre grand Comoriens, Moheliens et Anjouanais. Ceux qui ont le pouvoir écrasent ceux qui n’en ont pas. Azali joue le jeu d’un président pyromane.

    Il espère que le pays de Molière lui revient au secours. Or, la France n’a jamais toléré une trahison. En effet, lors du coup d’État de 1999, le puschiste azali assoumani Mougabe fut soutenu par la France. Mais, les relations entre Paris et Moroni ont tourné vite au cauchemar. Car, azali assoumani Mougabe a très vite tourner le dos aux autorités françaises au profit des Libyens. Donc, cette trahison à été perçue par la France comme une humiliation.

    Aujourd’hui, le même azali pense que les archives sont déclassifiés.

    Il faut donc assumer nos actes. Azali assoumani Mougabe pense qu’il peut faire le jeu de la Ponzi avec la France. Il doit savoir que si son mandat va jusqu’à terme, celui ci n’irai pas au delà de 5ans.

  2. ali djaé ortc c est bolero ortc azali je suis abonné à ORTC mais je n aime pas ORTC les opposants de pouvoir n ont jamais des parole le journal est toujours bien filtré de pouvoir ORTC chante assises azli assises azali pas des chansons ant assises

  3. azali tu n es pas clair avec le peuple quand ikilou a dit non aux assises pourquoi tu n a pas parlé or tu était conseillé d ikilou msaidié a dit non à sambi sur le tour de gazidja msaidié a dit sambi veut faire de balbala allah tu n es pas clair honnète le pays va sombrer azali aime sa pour prendre le pouvoir

Répondre à cedric Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*