Comment soutenir le commerce informel?

Le service de communication de la CCIA ANJOUAN a effectué des visites dans plusieurs coins de la ville pour en discuter et vivre la réalité  de chez les petits commerces informels, dans la capitale, aujourd’hui. 

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Plusieurs vendeurs surtout ambulants  déclarent qu’ils doivent être reconnus administrativement et bénéficier des droits à l’égard des institutions sensées les encadrées. Un cordonnier, vendeur des sandales et habits tout mode sis à Missiri témoigne que «nous contribuons beaucoup à l’économie du pays» et en outre revient se plaindre sur « le manque des formations de base pour une vraie et solide petite économie». 

Dans le vieux temps rappelle ce dernier que la CCIA  ANJOUAN formait tout le monde. Un voisin  à ce dernier dit « On nous avait formé comment bien utiliser  c’était à Moroni aux années passées »

Ccia Anjouan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*