En ce moment

Communiqué de la Banque Centrale des Comores

A l’initiative du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores (BCC), une conférence de presse a été organisée ce lundi 24 Février 2020 afin d’échanger sur plusieurs sujets d’ordre économique et monétaire, notamment :

1. Situation économique du pays et perspective pour l’année 2020,
2. Le secteur bancaire,
3. L’actualité de la zone franc.

SITUATION ECONOMIQUE DU PAYS ET PERSPECTIVE POUR L’ ANNÉE 2020
Dans un contexte international marqué par les tensions commerciales et technologiques entre les États-Unis et la Chine, l’incertitude prolongée liée au Brexit, ou encore les aléas météorologiques, l’activité économique aux Comores a été marquée par une décélération du rythme de croissance du PIB en 2019. En effet, le taux de croissance devrait s’établir à 2,1% en 2019 contre 3,8% en 2018, suite notamment à l’impact du cyclone Kenneth qui a frappé le pays en avril 2019
Les évolutions suivantes ont été observées :
– Prix : hausse du taux d’inflation à 3,6% en 2019 contre 1,7% en 2018,
– Finances publiques : contraction des recettes intérieures de 16,7% et repli des dépenses intérieures de 2%
– Échanges extérieurs : hausse des exportations de 18,2% et légère contraction des importations de
(-0,6)
– Masse monétaire : Hausse de la masse monétaire (+5,9%), en liaison avec l’augmentation des avoirs extérieurs nets (+2,1%) et la progression du crédit intérieur (+10,6%)
En termes de perspectives, la BCC relève que les prévisions économiques pour 2020 sont favorablement orientées, avec un rebond de la croissance du PIB (4,3%) et qui devrait rester élevée à moyen et long terme grâce :
➢ aux travaux de reconstruction post-cyclone et l’appui des partenaires au développement
aux secteurs affectés par le cyclone
➢ à l’accroissement des investissements publics
➢ aux mesures budgétaires de relance (dépense publique, fiscalité, soutien à
l’investissement…),
➢ la mobilisation des engagements pris lors de la Conférence des Partenaires de Paris de
décembre 2019.

LE SECTEUR BANCAIRE
Au niveau du secteur bancaire, l’activité se consolide d’année en année, le secteur affichant un total bilan de 143 milliards FC contre 134 milliards FC en 2018, soit une hausse de 7%. L’encours de crédit a augmenté de 5 milliards par rapport à 2018 tandis que l’encours des dépôts a augmenté de 6,7%.
En termes de rentabilité, le secteur affiche 1 milliard FC de résultat contre 200 millions FC un an auparavant, traduisant ainsi les efforts d’assainissement du secteur. En effet, en dépit des efforts de provisionnement demandés aux établissements de crédit, le niveau des créances douteuses demeure problématique.

1 Tous les chiffres de 2019 sont provisoires
La BCC, consciente que le développement du secteur nécessite la création d’un environnement de risque de crédit maîtrisé, a engagé un travail de médiation et coordination, sous l’impulsion du ministre des finances pour accélérer l’exécution de certains dossiers pendants en justice.
Parallèlement, la BCC s’est fixée d’autres priorités, comme :
➢ la relance des crédits à l’économie, en rassurant les établissements de crédit et en facilitant l’accès du secteur privé au système bancaire,
➢ la réflexion sur la mise en place de mécanismes de garantie, pour faciliter l’accès au crédit,
➢ l’amélioration du climat des affaires avec le soutien de la SFI,
➢ l’adoption d’une réglementation de la finance islamique aux Comores,
➢ la réflexion sur la mise en place de mesures de bonification des taux sur des secteurs
prioritaires (Agriculture, Tourisme, Pêche, Jeunes promoteurs…etc),
➢ la modernisation du Système National de Paiement,
➢ la réflexion pour la création d’un marché financier intérieur (Bons de trésor),
➢ une bonne pratique de LCB/FT (Lutte contre la Blanchiment ‘Argent et le Financement du
Terrorisme).

Par ailleurs, face à la persistance des cas de sociétés off-shore de banques, de sociétés financières ou
d’établissements financiers, délivrée par l’Ile d’Anjouan, la BCC rappelle qu’aucun agrément n’a été à ce jour délivré par l’autorité compétente pour l’exercice off-shore des activités de banques, de sociétés financières ou d’établissements financiers rattachés d’une manière ou d’une autre à l’une des Iles constituant l’Union des Comores.

L’ACTUALITÉ DE LA ZONE FRANC
Depuis quelques temps, le débat sur la parité du Franc CFA (et par ricochet du franc comorien) à l’euro a été ravivé.
Certains, l’accusant de frein au développement des pays africains, réclament sa fin, tandis que d’autres lui reconnaissent des vertus, notamment de garantie de la stabilité monétaire.
La BCC rappelle que les principes de la coopération monétaire entre la France et les pays de la Zone franc CFA sont au nombre de quatre :
➢ La convertibilité illimitée des monnaies de la Zone Franc, garantie par le Trésor français,
➢ La fixité des parités, les monnaies de la Zone Franc étant convertibles entre elles sans limitation de montants,
➢ La libre transférabilité, à l’intérieur de la Zone, qu’il s’agisse de transactions courante ou de mouvements de capitaux,
➢ La centralisation des réserves de change sur des comptes d’opérations ouverts auprès du Trésor français au nom des instituts d’émission de la Zone franc.
Conformément à ces principes de base, la gestion monétaire tient compte, en particulier, des dispositions relatives au fonctionnement du Compte d’Opérations, dont le principe est :
➢ Le dépôt d’au moins 65% des avoirs extérieurs au Trésor Français,
➢ La libre utilisation des disponibilités du compte d’opération (compte à vue et non séquestré).

La BCC annonce donc son intention d’organiser dans un proche avenir des débats sur cette question mais aussi d’autres sujets qui toucheraient à son domaine d’intervention, et invite les médias à en faire l’écho.

Pour finir, le Gouverneur a saisi l’occasion pour annoncer les grands chantiers 2020 de la BCC, à savoir :

– Le fonctionnement du musée monétique,
– La mise en place du centre de formation, avec l’accompagnement de l’AFD,
– La modernisation de la caisse,

BCC Moroni le 24 Février 2020

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*