Communiqué de presse: Retour d’Achirafi SAID HACHIM aux Comores, après une tournée européenne et africaine

Ce retour d’Achirafi SAID HACHIM aux Comores, ce lundi 14 septembre, s’inscrit dans le cadre des élections présidentielles de mai 2016.

image

A ce titre, une importante délégation officielle composée de tous les responsables du parti CADIM des 3 îles est venue à l’accueillir à 14 h à l’aéroport international Prince Saïd Ibrahim. Elle était accompagnée des chefs de file de l’ARP Alliance pour le Renouveau Politique regroupant 8 partis politiques parmi les plus représentatifs des Comores. Des invités d’honneur de l’Alliance Patriotique, une autre force notable de l’opposition, étaient également présents.

A ce comité officiel s’est ajoutée la ferveur de l’accueil de la population, formant un cortège de plus d’une centaine de véhicules, offrant une escorte d’honneur à Achirafi SAID HACHIM et à son équipe, tout au long de la route ralliant l’aéroport à la capitale Moroni. Là un grand meeting a regroupé des centaines de participants au « Foyer des Femmes », une salle emblématique de Moroni.

Ce retour aux Comores constitue pour Achirafi SAID HACHIM l’occasion du lancement officiel de sa campagne sur le terrain et pour son Parti CADIM la préparation du congrès d’investiture de sa candidature à la Présidentielle de 2016. Rappelons qu’à 62 ans, Achirafi SAID HACHIM est fort d’une longue expérience entièrement consacrée à la politique et aux Comores. Il a été ainsi Ministre des Affaires Islamiques en 1994 sous la Présidence de Monsieur DJOHAR. Puis, Mohamed TAKI, après son élection à la Présidence en 1996, lui confie successivement le Ministère de la Réforme Administrative et celui de l’Intérieur et de l’Information.

image

Depuis cette date, Achirafi SAID HACHIM s’inscrit résolument dans l’opposition avec son parti créé en 1994, le Rassemblement pour le Renouveau Démocratique aux Comores (R.D.C), devenu la Convention pour l’Alternance Démocratique et l’Interaction Mutualiste (C.A.D.I.M) Aujourd’hui, en tant que Président de la C.A.D.IM, il milite activement pour l’établissement d’un Etat de Droit assurant les libertés individuelles et offrant les conditions du bien-être économique et social à ses concitoyens.

Sa candidature reçoit de nombreux soutiens au sein de la société civile tant au sein de l’Union des Comores qu’au sein de la diaspora comorienne regroupant à l’étranger plus de 500.000 personnes, notamment dans le pays où elle est la plus nombreuse, la France, où vivent plus de 300.000 comoriens. 2 C’est pourquoi, en complément de réseaux associatifs de soutien au sein de la diaspora comorienne en France, Achirafi SAID HACHIM a souhaité s’entourer de compétences de professionnels français amis des Comores ou franco-comoriens tels que Madame Béatrice POLYCHRONIS, pour l’agence de communication IZCALLI, Maître Norbert TRICAUD, Avocat à la Cour et Consultant de l’Initiative NEPAD OCDE (sur le cadre d’Investissement en Afrique, secteurs Energie, Pétrole, Mines, Télécoms, Infrastructures), Monsieur Ahmed-Amine CHAEHOI , Expert en Stratégies et pratiques du développement économique et en Management de grands projets, actuellement Directeur Projets au sein de Business France, ainsi que Monsieur Chariffou SAID BAKAR, Président de l’association « LES AMIS D’ACHIRAFI SAID ACHIM ».

Rappelons que l’Union des Comores est un archipel situé dans l’Océan Indien à l’entrée du canal du Mozambique au Nord-Ouest de Madagascar. Il est composé de quatre îles : La Grande Comore (Ngazidja), Anjouan (Ndzuani), et Mohéli (Mwali) Quant à la quatrième, Mayotte (Maore), elle est sous administration française.

Ancienne colonie française, les Comores proclament leur indépendance le 6 juillet 1975 et réclament dans un esprit de conciliation  leur souveraineté sur le territoire de Mayotte, afin de couvrir la totalité de l’archipel. Actuellement la population des trois îles, sous administration de l’Union des Comores, est de 800.000 habitants.

Communication et Relations Presse en France : Agence IZCALLI / Béatrice Polychronis

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*