1 commentaire sur Communiqué des élus de Mohéli

  1. ÉMERGENCE 2030 ET INSTABILITÉ SOCIOPOLITIQUE.
    Un pays ne peut jamais se développer en se dirigeant vers une instabilité sociopolitique. Or, celle-ci est une condition sine qua non d’un développement.

    Par ailleurs, les Comores souffrent indéniablement d’une carence de son organisation administrative, sociale, économique et politique. Il faut insister que l’existence des pouvoirs locaux est plus qu’une nécessité. En effet, ceux qui gouvernent localement connaissent systématiquement la réalité sur la vie quotidienne des habitants. C’est ainsi que » l’on peut gouverner de loin mais on n’administre que de près « . Il faut dire que les conflits d’intérêts et les appétits auxquels suscitent les deniers publics pourraient être atténués si le pouvoir était décentralisé correctement. Car, plusieurs raisons expliquent le sous développement de l’archipel des Comores:
    D’abord, l’instabilité des institutions, l’obsession pour le pouvoir, le manque de démocratie, la méconnaissance de la culture locale, les coup d’États à répétition, la tentation de la dictature, le manque d’une armée, police, gendarmerie instruites et républicaine ne facilite pas la construction d’un état fort et stable.

    Ensuite, la corruption, l’ignorance, le népotisme, le manque d’une justice et la famille du président à laquelle considère le trésor public comme leur vache à lait.

    Enfin, bâtir un état comorien sans repenser centaines spécificités locales est une aporie intellectuelle. D’ailleurs, on ne construit pas une nation sans prendre en compte l’histoire sociale et économique d’un pays.

    C’est ainsi que se focaliser sur la suppression de l’article 13 de la constitution plutôt qu’un diagnostic sur l’ensemble du corps n’est autre qu’un écran de fumée.

    En conclusion, azali assoumani mougabe, son émergence est une poudre aux yeux. Ce tyran sanguinaire ne pense qu’une seule chose. Il s’agit de rester au pouvoir le plus longtemps possible pour les soins de sa famille.

    Imani.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*