Communiqué du gouvernement Comorien 

Le Gouvernement de l’Union des Comores est profondément choqué par les propos inconsidérés, blessants pour le peuple comorien, non respectueux pour la mémoire des victimes, tenus par le Président de la République Française et les condamne avec la plus grande fermeté.

La circulation des personnes dans l’Archipel des Comores, dans des conditions périlleuses, depuis l’instauration du sinistre visa Balladur, est un sujet grave qui mérite mieux que le sarcasme et la plaisanterie.

Elle appelle plutôt des réponses au drame humain qui endeuille les familles comoriennes et franco-comoriennes et une issue honorable pour la France et les Comores, respectueuse du droit international, des droits de l’Homme et des résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies, au différend territorial qui divise les deux pays depuis plus d’une quarantaine d’années.

Les groupes de travail de haut niveau, souhaités par la France et auxquels le Gouvernement de l’Union des Comores a accédé, a entamé un travail à cet effet, en vue de tracer des pistes de solutions.

Le Gouvernement de l’Union des Comores veut croire que le Président de la République Française, saura réparer ses propos qui ont heurté la conscience des comoriens et des franco-comoriens, dans l’intérêt des deux pays.

Moroni  le 03 juin 2017

Beit Salam

A voir aussi: 

5 commentaires sur Communiqué du gouvernement Comorien 

  1. vous parlez de quel president? AZALI, celui qui a couru se cacher a l’ambassade de france car il avait peur dans le passé? que ce que vous attendez de ce lache? face a ses maitres ,vous voulez qu’il fasse quoi?arretons ce cinema,les dirigents d’un pays doivent se respecter avant que le pays soit respecté!nous l’avons elu, assumons!arretons de gesticuler,les comoriens ont assez de problemes qui doivent etre reglés!donc tout cette distraction,WOUWO OUPEPO!!!!!!!!

  2. On attend une reaction fort et ferme surtout décisif. Les Comores ont le droit et la justice de leurs coté et savent quoi faire pour coucircuter ce sinistre visas génocidaire

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*