Communiqué du gouvernorat d’Anjouan « plus de 94% des comoriens de Ndzuwani n’ont pas jugé utile de participer à cette mascarade »

Le Gouvernorat de l’Ile Autonome de Ndzuwani note avec satisfaction que le taux de participation réel à la mascarade référendaire du 30 juillet 2018 dans l’île, s’élève à moins de 6%, quoi que gonflé frauduleusement dans les déclarations officielles.

Ainsi, plus de 94% des comoriens de Ndzuwani n’ont pas jugé utile de participer à cette mascarade et ont décidé de bouder les urnes, en réponse à l’appel au boycott lancé par leur Gouverneur.

C’est donc, de la part de la population de l’île, un signal fort de désapprobation et de rejet du projet proposé par le Colonel mais aussi de son attachement à l’Accord Cadre de réconciliation nationale de 2001.

En conséquence, le Gouvernorat de l’île remercie d’abord l’ensemble de la population anjouanaise pour la confiance qu’elle témoigne à son Gouverneur mais surtout, la félicite pour son choix et sa vigilance pour la préservation de la paix et de la stabilité du pays.

Toutefois, il exprime sa désapprobation face au mépris et aux provocations incessants des autorités de l’Union à l’égard des habitants de l’île. En effet, depuis plusieurs jours, l’île Autonome de Ndzuwani est soumise à un état de siège de fait, de la part des forces armées. De nombreux citoyens et plus particulièrement des responsables politiques sont arbitrairement interpellés sous des motifs fallacieux, puis emprisonnés et torturés. Ces pratiques d’un autre âge ne sont pas de nature à préserver la paix et la stabilité dans le pays ni à rehausser son image.

Le Gouvernorat demande instamment qu’il soit mis un terme à ces abus et que l’état de siège soit levé.
Par ailleurs, il se félicite que la population de l’île ait su garder son sang-froid et n’ait pas cédé à la provocation en commettant des actes insensés dans la journée du 30 juillet 2018. Il condamne de la façon la plus ferme l’acte ignoble commis dans un bureau de vote de la périphérie de Moroni et souhaite que le coupable soit identifié et remis aux mains de la justice.

Il regrette toutefois que le Ministre de l’Intérieur, comme à son habitude n’ait pas attendu les conclusions de l’enquête pour désigner un coupable. Cette façon de faire nuit gravement à la crédibilité des enquêtes et accroît irrémédiablement le sentiment que ces actes pourraient être le fruit d’un nouveau complot gouvernemental.

Enfin, le référendum constitutionnel du 30 juillet 2018 étant illégal, le Gouvernorat de l’île Autonome de Ndzuwani le considère nul et non avenu et rejette ses résultats.

4 commentaires sur Communiqué du gouvernorat d’Anjouan « plus de 94% des comoriens de Ndzuwani n’ont pas jugé utile de participer à cette mascarade »

  1. Faisons la différence entre les inteventions du Président de l’Union des Comores (et son gouvernement) et celles des Gouverneurs d’Anjouan et de N’gazidja( et leurs exécutifs).Qui sont responsables ? Qui sont hypocrites ? Qui éduquent réellement les Comoriens ? Celles de l’opposition et la mouvance présidentielle.ALHALAL BAYINE OILHARAM BAYINE.DJAZAKOUMOULLAH KHAIR .

  2. De toute façon, Azali et son clan du CRC peuvent faire tout ce qui’ils ont à faire mais, par Allah, en 2021, si Azali persiste à bafouer le mandat d’Anjouan, il verra à ce jour qui sont vraiment les Anjouanais. Aujourd’hui Azali sous-estime Anjouan irresponsablement mais qui il connaît mal les Anjouanais bien qu’il une infime partis d’Anjouanais qui le supportent. Mohamed BACAR dirigé Anjouan d’une main de fer avec un arsenal considérable, le jour où Anjouan s’est revéillé, aujourd’hui il se trouve banni des Comores et il est au Bénin en tant que réfugié politique, il n’est même pas en France pour l’hôte des réfugiés du monde…

Répondre à MAHAMOUDOU Cheikh Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*