Comores, Cap vers la SADC !

Cette semaine, les Comores ont eu l’honneur de recevoir la visite du nouveau Président Botswanais Mokgweetsi Masisi. Il s’agit de la première visite d’un président Botswanais aux Comores et d’ un Président des pays membres de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) depuis l’ adhésion de notre pays l’ année dernière à cette organisation régionale lors de sa 37ème Sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement qui s’ est tenue à Pretoria en Afrique du Sud

Le Botswana est régulièrement placé au premier rang des pays africains en matière de gouvernance et de transparence. Il est surnommé « le miracle africain », « l’exception du continent » ou encore « la Suisse de l’Afrique ». Cette visite survint au lendemain de la décision de l’ancienne puissance coloniale, la France de suspendre l’octroi des visas d’entrée en France de tous les ressortissants Comoriens. Elle survint au moment où les mahorais affirment haut et fort qu’ils ne veulent pas des Comoriens et de tout rapprochement avec notre pays. Ainsi les Comores doivent faire un choix stratégique entre s’arcbouter avec un pays, la France, qui les méprise ou s’ouvrir à ses voisins de la SADC.

La SADC, c’est 16 pays : Angola, Botswana, Union des Comores, République démocratique du Congo, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Seychelles, Afrique du Sud, Swaziland, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe. Établi en 1992, la SADC s’est engagée à l’intégration régionale et à l’élimination de la pauvreté en Afrique australe grâce au développement économique et à la paix et à la sécurité.

La SADC est un géant économique africain : c’est près de 260 millions d’habitants (le quart de la population africaine) sur une superficie de près de 10 millions de km2 (un tiers du continent) et pour un PIB d’environ 650 milliard de $ (environ 40 % du PIB continental). D’un point de vue pratique, l’intégration économique est réellement effective depuis 2000, date à laquelle une zone de libre-échange est progressivement instaurée. L’établissement de celle-ci n’a cependant pas de valeur contraignante puisqu’elle se fait sur la base du choix individuel de chaque état à la rejoindre.

Les Comores doivent profiter de cette organisation pour s’intégrer dans cette région qui connait l’un des taux de croissance le plus élevé en Afrique.

Comores droit

1 commentaire sur Comores, Cap vers la SADC !

  1. Je pense que c’est mieux pour vous de tourner la page de la 5ème puissance économique mondiale et 2ème puissance maritime au monde. Les comores sont condamnés à étre le pays le plus corrompu au monde.

Répondre à Louis Philippe Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*