Comores : d’abord faire le bilan des années de pouvoir d’Azali …

Les explications oiseuses du porte-parole du « mouvement du 11 Août » pour rassurer l’opinion publique sur la mascarade des assises, n’ont rassuré personne. Tout au contraire…
– En effet, personne n’est rassuré de savoir que c’est le « M11 » qui organise ces assises « auxquelles », serait  convié le pouvoir ;
– Personne n’est rassuré sur la représentativité des membres de ce mouvement sortis du chapeau : qui et que sont ces vieux chevaux sur le retour pour garantir une réflexion et une analyse saines, objectives et non corrompues de l’histoire depuis l’indépendance ?
– Personne n’est rassuré sur son expertise, à en juger par le galimatias pseudo-sociologique de leur porte-parole sur les questions essentielles.
– Personne n’est rassuré, sur son impartialité, (encore moins nous les Anjouanais), à en juger par sa philosophie de l’unicité de la nation, de la langue et de la culture des Comores etc.
Le « M11 » reprend la conception erronée de la réalité du pays et se perd en conjectures : pourquoi des pays africains créés de toutes pièces, de plusieurs ethnies par la colonisation ont-ils eux le sentiment d’une même nation, alors que ce n’est pas le cas des Comores ? se lamente son pauvre porte-parole. Pourtant le « M11 » n’ignore pas les réponses.
 Comment peut-il en être autrement ?
– avec la survivance des divisions féodales qui font encore que même à Ngazidja, l’habitant s’affirme d’abord du Mbadjini ou du Mahamet qu’il défend contre vents et marées et qu’un Mgazidja ne fera le anda que dans son village, avec une fille du village.
Comment peut-il en être autrement ?
– avec la vivacité du sentiment anjouanais basé sur l’histoire d’un État-nation multiséculaire
Comment peut-il en être autrement ?
– avec l’absence d’une unité territoriale et à la place, une réalité insulaire sur laquelle se sont édifiés des particularismes culturels indéniables : le anda est le ciment de la société grand-comorienne ; il est inconnu sous cette forme dans les autres îles. Le shingazidja est incompris dans les autres îles.
Azali a dit ceci dans une grande assemblée : « Aux Comores, il y a le mdjomba et le mbaba ; Djanfar est le mbaba des assises sur les énergies et moi j’en suis le mdjomba ». Eh bien, Azali ment et se moque de nous : ce concept de mdjomba qui fait tout pour ses nièces, à la place du père, n’existe pas à Anjouan.
Il faut donc bien ouvrir les yeux et bien identifier les différences et les particularités, pour pouvoir envisager et organiser un  vivre ensemble qui garantisse les intérêts de chaque entité et non partir d’une prétendue unité pour mieux nous écraser et tout nous imposer.
On ne peut persuader quelqu’un de faire route avec vous que s’il est persuadé d’y trouver son intérêt et son compte dans la même destination.
Malgré ses allégations, le « mouvement du 11 août » ne peut s’imposer face au pouvoir ni rester indépendant dans ses choix et décisions.
Azali n’est pas assez fou pour donner un fouet pour se faire fouetter.
Pour rassurer l’opinion publique, le « mouvement du 11 août » devrait commencer de faire le bilan des années de pouvoir d’Azali et en particulier du 1er mandat d’Azali, mais aussi des dérives de ce 2ème mandat,  par souci d’objectivité et de transparence.
Azali devrait se soumettre en premier, au jeu de la critique et de l’autocritique, s’il est vraiment sincère.
Que le « M11 » et Azali en fassent un bilan sans concession pour qu’ils nous persuadent que ce qu’ils cherchent c’est vraiment l’évolution de ce pays et qu’ils n’oublient surtout pas d’analyser le « SINISTRE NDIMU » qui a consisté à malmener des milliers d’Anjouanais de Moroni, à les parquer au port de Moroni, afin de les expulser (cf. putsch de 1999).
A ce prix seulement, on pourra peut-être accepter la bonne foi des thuriféraires de ces assises.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Vive l’Union des États des Comores et la souveraineté reconnue à chaque île !
La voix des Anjouanais en colère.

Anli Yachourtu Jaffar 

1 commentaire sur Comores : d’abord faire le bilan des années de pouvoir d’Azali …

  1. Vous n’ avez pas tirer les leçons vous les Anjouanais .
    Nos Aeux à Mayotte , après avoir été humilier et reçu des brimades pendant la reine de Said Mohamed Cheik, Ali Soilihi ont prise une décision radicale et collective de se détacher de cette pseudo union , pseudo unité , pseudo intégrité territoriale , pseudo-concitoyen, pseudo soi disant frère et cousin, alors la volonté affiché des WAGAJIDJA naou vantera kaounahidjou : MÉGALOMANIE , MYTHOMANIE fut un Don pour eux .
    S’habiller en costumes et cravates avec une mallette remplie des pseudo- diplômes et des papiers d’ État civil falcifiés, ils sont classés au 1 er rang dans ce monde .
    Vous avez bien compris que ce Idriss Mohamed est un pion du President, Il nous rabâche matin, midi, soir d’ unité , d’ unité , de nationalisme , d’ intégrité , de dialogue apaisant et apaisé alors qu’ on fond , il veux toujours nous écraser et nous imposer comme auparavant aux temps de nos Grand parents .
    Nous ne voudrions jamais partager un destin commun voire cohabiter avec cet union des HYPOCRITE .
    OEUIL POUR OEUIL , DENT POUR DENT . PAKA MOJA NGOUFO .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*