Comores / Suivi de la Conférence de Doha : La Banque islamique désignée pour l’exécution des projets

Moroni,  Une convention tripartite a été signée ce samedi entre le gouvernement comorien, le Comité arabe et la Banque Islamique de Développement à la suite de la conférence de Doha en Mars 2010.

La conférence de Doha reste toujours d’actualité. Ce samedi, le gouvernement comorien, le Comité arabe et la Banque Islamique de Développement (BID) ont procédé à la concrétisation d’une convention tripartite signée par les 3 parties. Ensemble, ils ont décidé de confier l’exécution et le pilotage des projets issus de la conférence de Doha à la BID.

« Les vœux ou les annonces qui ont été faites n’ont pas pu se concrétiser dans l’ensemble. Seules les ONG ont commencé à faire des réalisations sur le terrain. La partie concernant les investissements et l’économie en général n’a pas pu se déployer. Aujourd’hui après concertation, on a décidé de prendre une nouvelle approche en impliquant la BID d’une manière formelle pour conduire et piloter l’exécution de ces projets sur le plan technique et financier », déclare Mohamed Ali Soilih, le vice-président en charge des Finances après la signature.

Dans cette nouvelle approche, la BID va se charger du pilotage technique et financier en menant des études et en trouvant les financements nécessaires à la réalisation des différents projets. Elle doit aussi opérer et superviser les projets, et également jouer le rôle de plaidoyer auprès des donateurs.

Lors de cette rencontre, la question de l’apurement de la dette des Comores au niveau des Fonds Arabes a été évoquée. Le vice-ministre des affaires étrangères du Qatar a proposé au chef de l’Etat une nouvelle approche pour l’effacement de la dette des Comores. Il a également annoncé que la Banque nationale du Qatar est prête à entamer des négociations avec les Fonds Arabes pour voir comment régler cette question. L’idée est de voir s’il y a lieu d’effacer cette aide ou de la rééchelonner pour qu’il soit possible que ces Fonds arabes continuent à investir aux Comores comme dans les années passées, avance Mohamed Ali Soilih.

Le chef de l’Etat a salué cette initiative et a annoncé l’apurement de la dette des Comores auprès du Fonds d’Abou Dhabi. Le sultanat d’Oman est lui aussi prêt à octroyer 7 millions de dollars aux Comoriens pour faire face à cette dette auprès des Fonds Arabes.

Mohamed Youssouf (HZK-Presse)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*