Comores Télécom: Archimed succède à Mgomri

Le président de la République vient de nommer Archimed Ahamada M’sa au poste de directeur général de Comores Télécom. Cet ingénieur en télécommunication, produit de la maison, remplace Oumara Mgomri relevé de ses fonctions après l’éclatement du scandale de la société Huri Money.

Avant de s’envoler pour Conakry, le chef de l’État désigne Archimed Ahamada M’sa pour succéder à Oumara Mgomri remercié après la révélation par la presse du scandale de la société Huri Money que l’ex-directeur a tenté de mettre en place avant d’essuyer le refus de la justice. Le choix d’Azali Assoumani porte sur cet ingénieur en télécommunication, qui a passé plus d’une vingtaine d’années dans cette société d’Etat, parmi quatre, voir cinq candidatures soumises au chef de l’État. Un choix à la fois pragmatique et judicieux pour une société qui découvre au grand jour la concurrence après avoir régné sans partage plus de deux décennies dans le domaine des télécommunications du pays.
Au premier regard, le parcours professionnel de l’homme, semble faire l’unanimité. Le nouveau patron de l’opérateur historique de la téléphonie mobile débarque dans un lieu et un milieu qu’il connaît bien comme sa poche. Ce natif de Fomboni Mohéli intégrera la défunte Snpt (Société Nationale des Poste et des Télécommunications) aussitôt sorti des bancs de l’École Nationale d’Enseignement Supérieur (E.N.E.S) où il sortira avec l’équivalent d’un BTS en organisation d’entreprise, comptabilité, gestion et informatique.
Toujours en quête de savoir et de perfectionnement, M. Ahmada M’sa s’envolera en 1998 pour le Sénégal où il suivra une formation en télécommunications dans la prestigieuse École Supérieure Multinationale des Télécommunications (E.S.M.T) où il décroche en 2000 un diplôme d’ingénieur en télécoms.

De retour au bercail, il gravira les échelons au sein de la Snpt aujourd’hui scindée en deux entités – Comores Télécom et – société nationale de poste et des services financiers. Il sera tour à tour, chef de service informatique et chef de service internet et des liaisons spécialisées. Après avoir assumé de 1995 à 1996, la fonction de chef facturation et chef de service facturation et recouvrement, il devient par la suite contrôleur d’exploitation informatique.

Il rejoindra comme d’ailleurs bon nombre des cadres de la Spnt lors de la scission, Comores Télécom où il aura la charge de la direction financière et de la prévision de 2005 à 2007. Puis conseiller du directeur des nouvelles technologies de 2009 à 2010.
Le nouvel homme fort de Comores Télécom connaîtra une période de disette durant le régime d’Ikililou Dhoinine d’après plusieurs témoignages recueillis sur place. Au point qu’il négociera une disponibilité pour rejoindre Comores Câbles, la toute nouvelle société créée par l’État comorien pour gérer les câbles sous-marins de la fibre optique. Un dossier qu’il maîtrise parfaitement pour avoir supervisé le projet (Fly lion 3, le câble reliant Moroni, Mayotte et Madagascar). A Comores Câbles, il coiffera la direction commerciale en 2016, avant d’être promu directeur technique dès 2017 jusqu’à sa nomination à la tête de Comores Télécom. 
Discret dans sa vie privée comme dans sa vie professionnelle. A Comores Télécom comme à Comores Câbles, ceux qu’ils le côtoient lui prêtent rigueur et discipline. C’est de cela, semble-t-il que sa nomination ne fait pas l’unanimité au sein de cette société d’État, la plus convoitée du pays.

Maoulida Mbaé / LGDC 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*