Comores/Madagascar:Les Comores importent quasiment tous leurs besoins quotidiens

La Ministre malgache de l’élevage, Ihanta Randriamandrato, a été invitée du 6 au 10 Septembre en Union des Comores pour discuter du renforcement des relations commerciales entre les deux pays et finaliser des accords commerciaux. Autre objectif : rassurer sur l’imperméabilité des frontières de l’Union.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

« Les Comores importent quasiment tous leurs besoins quotidiens. Or, nous produisons par exemple des produits tels que les biscuits, ou encore les savons qui pourraient être exportés chez eux » a constaté la Ministre de l’élevage, Ihanta Randriamandrato, à son retour sur la Grande Ile d’un voyage de quatre jours en Union des Comores.

Effectivement, l’Union des Comores importe une grande partie de ses besoins en denrées alimentaires. D’après les données recueillies par le quotidien malgache Les Nouvelles auprès de la direction générale des douanes de l’Union des Comores, les importations en viande et en poissons ont été de 10.936 tonnes représentant 5.184 millions de francs comoriens (10,5 millions d’euros) en 2010 et de 9.991 tonnes d’une valeur de 5.285 millions FC en 2011 (10,7 millions d’euros). Un pactole que la Grande Ile voudrait bien voir tomber dans son escarcelle.

Chaque année l’archipel fait venir près de 4.000 tonnes de poulet du Brésil alors que les oeufs sont importés des pays orientaux. Autant d’importations que la Ministre pense pouvoir assurer. Pour le quotidien malgache, la question de la sécurité alimentaire reste à régler. Si des avancées ont été réalisées ces derniers mois, notamment concernant la viande de zébu qui avait été autorisée à être de nouveau exportée vers l’Europe en Juillet 2011 où les normes sanitaires sont draconiennes, les autorités avaient cependant jugé plus prudent d’attendre encore un peu avant de se lancer dans les ventes à l’étranger. En janvier de cette année, Ihanta Randriamandrato avait inauguré un guichet unique qui devait permettre la traçabilité des animaux qui doit être effective et stricte.

La Ministre malgache a également évoqué les soupçons qui pèsent sur des exportations illicites de viande de zébu entre Madagascar et l’archipel en assurant que « le gouvernement comorien est très strict sur la question de trafic. Leurs côtes sont très sécurisées ». Faisant allusion à la situation extrêmement préoccupante qui prévaut dans le sud de Madagascar liée aux attaques des voleurs de zébus, les « Dahalo », elle a estimé que les exportations de bovidés ne contribuent nullement à la recrudescence de l’insécurité dans le Sud ces derniers temps qui, d’après elle, est l’expression d’une révolte populaire. Elle espère qu’en officialisant les exportations dans un cadre légal, les ventes illicites reculeront.

De leur côté, les Autorités comoriennes ont voulu, avec cette invitation, assurer leurs homologues malgaches de l’inexistence de réseau illicite sur leur territoire. Accusées d’accueillir clandestinement les bovidés de Madagascar, elles ont manifesté leur volonté de montrer que ni les marchandises, encore moins les personnes n’entrent sur leur territoire sans passer par des contrôles stricts assurés par des radars et des garde-côtes.

En Juin 2010, le Premier Ministre malgache de l’époque Camille Vital avait fait le déplacement à Anjouan après la découverte de 1117 rondins de bois de rose importés illégalement. Cette visite voulait déjà faire la preuve de la coopération entre les deux pays dans le domaine des échanges transfrontaliers et de la lutte contre les trafics en tous genres.
Eric TRANNOIS

Suivez l’actualité aux Comores au quotidien et en continu avec Comores-infos.net

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*