En ce moment

Comoriens bloqués à Madagascar : rapatriement ou razzia

Tribune: Alors que l’ambassadeur kaambi fut traîné à la une d’al fajr pour 30 euros / billet, tout le monde s’en est félicité. Maintenant que la commission crée un trou d’au moins 60 euros/ billet, qu’il pleuve ou qu’il vente, pas question qu’on se taise.
Oui puisque jusque là, sur un période de plus d’un an, le billet aller retour d’air Madagascar variait entre 280 à 320 euros. Que dire qu’avec 3 vols par jours, au lieu d’une réduction, le billet va coûter au moins 360 euros. Soyez compréhensifs, messieurs de la commission. On ne cherche pas nos intérêts personnels. On défend nos familles.

La somme de 360 euros était calculée sur la base d’un trajet au départ de Seychelles. Comment avec air Madagascar le prix reste le même ? Une fois l’option air Seychelles abandonné, le contrat avec Roger aviation ne devrait-il pas prendre fin ? Alors quels sont les modalités du contrat d’exclusivité qui lie la commission à Roger aviation ?
A titre de rappel, c’est suite à mon article du 1 nov. 2019 « la voyouterie d’air Madagascar », que le billet de 3 mois qui était de 600 euros fut rabaissé à 320 euros. Donc personne ne peut m’intimider. A noter que mes articles ne datent pas d’aujourd’hui. S’il le faut encore je vais interpeller le ministre du transport Djanfar pour qu’il demande des explications auprès d’air Madagascar.
QUE DOIT-ON COMPRENDRE. Ne faisons pas l’amalgame entre un vol commercial et un vol de rapatriement. Sans l’accord de l’état aucun vol ne peut se faire même si on va payer 400 euros
– Donc les décisions doivent être consensuelles. Ne jamais fixer une date sans avoir l’aval du gouvernement.
-L’objectif de la commission c’est d’en convaincre le gouvernent et non le défier. L’état doit assumer sa responsabilité. On doit agir de la sorte qu’il ne trouve pas des excuses. Ce n’est pas en le mettant devant le fait accompli ou en lançant des ultimatums que les choses seront arrangés.
LA SOLUTION : le vol de jeudi étant d’or et déjà compromis, discutez avec l’état pour que c’est lui qui fixe une date officiellement.
1° Si air Madagascar est prêt pour un rapatriement au nom de roger aviation, il n a pas de raison de le refuser au nom de l’état qui peut a tout moment lui retirer son permis de desservir les Comores.
2° Si djanfar accepte de donner l’autorisation pour le rapatriement, il n’allait pas refuser d’entrer en contact avec air Madagascar pour un tarif qui ne va pas dépasser celle que cette compagnie pratiquait. Donc messieurs de la commission, oubliez Roger Aviation car ça ne marchera pas. Sur 700 passagers, au bas mot, les intermédiaires veulent empocher 30000 euros. Je peux parier que l’état ne va pas accepter ce marché de dupe
Autre hypothèse : air Tanzanie a voulu faire un rapatriement le 30 juillet mais l’état à refuser. Sûrement pour ne pas offenser ceux qui sont à Madagascar. Etant donné qu’en ce période de crise tous les appareils sont cloués au sol, air Tanzanie n’aura pas à subir une perte si son appareil passe une nuit aux Comores pour repartir le lendemain à Madagascar. Un intervalle de temps largement suffisant pour tester ceux qui sont venus de Tanzanie, afin de libérer ceux qui sont sains. Voila comment on pourrait rapatrier tout le monde suivant la capacité d’accueil et d’hébergement.

CETTE HISTOIRE DU VOL DE JEUDI, ON N’EST PAS OBLIGE DE MENTIR. Aura-t-il lieu ? Sincèrement je n’en crois pas.
Par Cap Patrie

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*