Conseil des ministres Les conditions du scrutin du 21 avril prochain « sont réunies »

À l’ouverture de la session, le ministre de l’Intérieur, chargé des élections a présenté un projet de loi relatif à la révision du cadre légal des processus électoraux en Union des Comores. Le Conseil a donné son aval et a, toutefois, recommandé au ministre des élections de préparer tous les textes relatifs aux prochaines échéances électorales des représentants de la Nation et des conseillers communaux pour qu’ils soient soumis aux parlementaires avant le mois de mai prochain, en vue d’être travaillés durant cette session ordinaire en cours.

Le gouvernement a demandé au ministre en charge des élections de faire en sorte que toutes les conditions relatives à l’organisation des élections des députés et des maires soient réunies, pour éviter un vide à la fin de la présente législature, dont le mandat arrive à terme le mois de décembre prochain. Mohamed Daoudou a également annoncé que toutes les conditions relatives au déroulement du deuxième tour des élections des gouverneurs des îles de Ngazidja et Mwali sont réunies et que le scrutin aura lieu le dimanche 21 avril 2019, conformément au décret présidentiel portant convocation du collège électoral.

De son côté, la ministre de la Jeunesse et des Sports, Ladhanti Houmadi, a soumis en Conseil, un projet de loi portant inscription des sultanats historiques des Comores, à savoir les sultanats historiques de Moroni, Ikoni, Domoni, Itsandra-Mdjini et Mutsamudu au patrimoine mondial de l’Unesco. Le conseil a validé le projet mais a recommandé que le ministre de la jeunesse et celui de l’Education nationale travaillent ensemble pour que ce projet rassemble tous les patrimoines comoriens pour qu’ils soient inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.
Le ministre de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme, Mohamed Chatur Badaoui, a dressé le rapport de l’évolution des travaux des infrastructures routières de Sima-Moya à Ndzuani et Moroni-Fumbuni à Ngazidja. Il a évoqué des travaux satisfaisants répondant aux besoins de l’État. «Le conseil des ministres a recommandé au ministre avec son département de veiller au déroulement, étape par étape, de ces travaux pour éviter ce qui est arrivé à la route Bahani-Mbeni qui, un an après son inauguration, est devenue quasiment inexistante», a fait savoir le porte-parole du gouvernement ajoutant que le ministre Chatur a, en outre, informé le gouvernement des travaux en cours au sein de son département ministériel, consistant à répertorier tous les terrains patrimoniaux de l’État pour être «reconnus, enregistrés et immatriculés au nom de l’État dans l’ensemble du territoire national».
À son tour, la ministre de la santé, Dr Rashid Mbaraka Fatma a annoncé au gouvernement qu’après la première vague des médecins comoriens partis à l’extérieur pour une spécialisation, une deuxième vague partira très prochainement pour la République de Sénégal dans le cadre des formations des prochains spécialistes qui devront officier au futur Centre hospitalier universitaire El-Maarouf. La ministre de la santé a indiqué que «son département ministériel a mis les bouchées doubles pour assurer le bon fonctionnement du futur Chu El-Maarouf, une fois les travaux terminés». Le Conseil a salué ce travail et a demandé à la ministre de multiplier les efforts pour éviter un déficit de personnel qualifié, une fois l’hôpital livré à l’État.

Ali Abdou/Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*