Coopération sino-comorienne. Pose de la première pierre de l’hôpital de Bambao-Mtsanga

Le chantier de l’hôpital de Bambao-Mtsanga à Ndzuwani a été officiellement lancé lundi 28 mai. La pose de la première pierre a eu lieu en présence de la ministre de la Santé, Moinafouraha Ahmed, de l’ambassadeur de Chine aux Comores, Wang Leyou, du vice-président en charge de l’Aménagement du territoire, Nourdine Bourhane, du gouverneur de l’île, Anissi Chamsidine, de plusieurs autres personnalités publiques et d’un nombre important de citoyens. Cet établissement hospitalier est financé par l’ambassade de la République populaire de Chine, à hauteur de quatre milliards de francs comoriens. La maîtrise d’ouvrage est confié à une entreprise chinoise, la société internationale de coopération économique et technique, Jungu. Le 16 décembre dernier, à l’occasion de la signature de la convention de financement de cet hôpital entre l’ambassadeur de Chine et la ministre de la Santé, Wang Leyou avait annoncé “un hôpital pluridisciplinaire de haut niveau”, avec “des équipements médicaux nécessaires au bon fonctionnement de l’établissement”. Le diplomate avait rappelé que “la Chine et les Comores enregistrent une belle tradition en matière de la coopération médicale et sanitaire. Depuis 1994, la Chine a envoyé huit missions médicales aux Comores pour appuyer la santé. De nombreux médecins et infirmiers comoriens ont été formés en Chine et se sont donné à servir le peuple comorien avec leur expertise et savoir-faire dès leur retour aux Comores”. Cette pose de première pierre intervient deux semaines après celle d’un autre grand centre hospitalier en construction sur l’île de Ndzuwani à savoir l’hôpital Jassim Bin Jabor Al-Thani, situé à Hombo à Mutsamudu. Ce dernier est financé par la fondation qatarie du même nom. L’hôpital Jassim, comme celui de Bambao-Mtsanga, auront une capacité d’accueil de plus de cent lits. Il semblerait, selon certaines sources, que celui de Bambao-Mtsanga remplira également la fonction de centre de recherches sur les pathologies tropicales.

 

yéka houssomo yé taharifa hiyo karibou hou cliké harimoi  ye pub, ye pub hiyo hi oudjoulizé habari za bourré kouézi

SM

Source: alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*