En ce moment

Coronavirus : Les mesures préventives diversement respectées dans les pharmacies

Les produits les plus demandés en ce moment sont les masques et les solutions hydro-alcooliques. Malgré tout, certaines pharmacies n’ont toujours pas mis en place des mesures hygiéniques dans le cadre de la prévention contre la pandémie.

La mesure dite «guichet fermé» recommandée aux pharmacies à partir du lundi 23 mars, jusqu’à un nouvel ordre, est partiellement respectée dans la capitale. Par contre, l’autre mesure de distanciation d’un mettre entre les gens, le pharmacien et l’acheteur notamment, est scrupuleusement respectée dans les différentes pharmacies visitées.
Cependant, le problème se pose au niveau des clients eux-mêmes. Des groupes d’individus se formaient devant les fenêtres pour demander à être reçus dans l’indiscipline totale. A la pharmacie des Comores, Pharmacie Yassine ou à la Pharmacie de la Corniche, des groupes de gens prennent d’assaut les fenêtres des établissements.

Les masques et les solutions hydro-alcooliques

A l’officine Ocopharma de Moroni Ambassadeur, la situation est différente. La porte d’entrée est largement ouverte. Toutefois, l’établissement exige le lavage des mains avant d’approcher les agents d’accueil. «Nous n’avons pas fermé la porte mais chaque client doit se laver les mains avant d’entrer,» a déclaré Nafissa Ali, vendeuse d’Ocopharma. Selon elle, les produits les plus demandés en ce moment sont les masques et les solutions hydro-alcooliques et «leur pharmacie est en rupture de stock».
Au sujet de la mesure qui consiste à mettre une distance d’un mètre entre les gens, certaines pharmacies l’appliquent mais n’exigent pas le lavage des mains. Si à la pharmacie Yassine, on dispose d’un stock de produits suffisants, aucune mesure hydro-alcoolique n’a été toutefois mise en place.

Des clients qui étaient sur place comme Bouhar Mohamed Ali ont été écœurés de constater l’absence d’un dispositif de lavage des mains. «Ils prennent des mesures de distanciation pour eux mais pas pour nous. Nous nous alignons sans aucune distance de sécurité, et on ne nous donne même pas de quoi se laver les mains. C’est triste pour nous», s’est-il indigné, regrettant «l’indifférence des responsables» de la pharmacie.

Said Toihir (stagiaire)/ Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*