En ce moment

Coronavirus : Pour la défense de la population, l’unité nationale est indispensable

Tribune :

A l’attention de monsieur Azali Assoumani

Tout le monde peut comprendre que vous êtes un soldat. En tant que tel, si depuis votre sortie de l’académie royale du Maroc vous avez passé par diverses écoles de guerre, aucun ne peut se prévaloir maîtriser tous les techniques de combat. Comme dans le cas de la mondialisation du terrorisme, les états major des pays se partagent les informations et des séminaires, stages et stratégies improvisés pour y faire face. Qu’en est-il de notre comité scientifique dans la guerre contre le coronavirus ?

Alors que le covid 19 menaçant le monde entier a frappé la France, j’estime que vous avez failli à votre devoir de protéger le pays. Le protocole de défense qui lie nos deux pays aurait dû être activé pour permettre à nos docteurs d’acquérir de l’expérience dans la lutte contre le virus en France.

Cela dit, les frontières avec la France étant fermées, n’oublions pas que le virus nous menace d’une manière exponentielle. Ce qui nous oblige à coordonner les efforts, à innover dans l’élaboration de stratégie de défense contre le covid 19.

Monsieur Azali, à la salle de conférence de l’ambassade de chine a Madagascar, une visioconférence sera organisé et les scientifiques malgaches vont se relayer, partager, développer leurs expériences avec la participation d’intervenants du monde entier, probablement le fameux professeur Raoult sera en ligne. Par ailleurs un médicament devant permettre de prévenir le covid 19 est déjà mis en avant par les scientifiques malgaches.

Ainsi permettez-moi de vous suggérer d’envoyer, bien sûr par un vol privé, des docteurs comoriens à Madagascar pour travailler ensemble avec leurs confrères malgaches afin de mieux se familiariser avec les techniques exploités par les malgaches qui totalisent 26 contaminations.

Je cite aussi que des techniciens d’analyses biomédicales comoriens doivent être sur le pied de guerre à l’institut pasteur de Madagascar pour se prémunir au cas où.

Je mets en avant que je suis disposé à apporter ma contribution pour que cette mission soit requise dans les plus brefs délais.

En fin, prions à dieu pour qu’il épargne notre pays de cette pandémie .en revanche, autant le dire, l’erreur est d’attendre le moment qu’on serait débordé, c’est là qu’on va chercher à améliorer notre stratégie de défense et les techniques de protection contre ce virus mortel.

Par Cap Patrie

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*