Coups d’œil Docteur ! le mensonge est une maladie contagieuse ?

Ça a l’air trop beau et plaisant, mais pour le bien commun, les préjudices du mensonge nous interpelle: Une erreur de trop a chaviré le Mensonge-système [ Wowuhura wa mwamba nrabo kohomo djomoha ] enfin !

à l’Aéroport international Prince Said Ibrahim, sous les yeux des journalistes, un nouveau quai de mensonge a été construit, mais aussitôt construit aussitôt démoli par un journaliste qui ne supporte plus : ça suffi !  » Quelle malhonnêteté ! … Non mais oh  » s’exclame le journaliste Toufeyli Maecha (voir photo emplacement n°1)

Coups d’œil sur ceux qui se servent du pansement sur un œil sans plaie; Coups d’œil sur l’ingénieur qui a pu doublé et triplé les mensonges sur le dossier de la citoyenneté économique; Coups d’œil sur *l’architecte valeureux* qui, devant des centaines de milliers de spectateurs et téléspectateurs du monde entier, avait annoncé avec mélodie la bonne, la très bonne nouvelle d’un  » don de 2 milliards d’euros d’une fondation Fatima « ; Coups d’œil aujourd’hui sur le mensonge-erreur de trop : sous l’œil des journalistes, la maladie apparemment contagieuse  » le mensonge-système  » semble s’effondrer à l’Aéroport international Moroni Prince Said Ibrahim sous les yeux des journalistes

Le camarade Mrimdu n’a jamais voulu porter atteinte ni à la liberté de la presse, ni à la liberté d’expression, mais qu’on se le dise : le bonheur ne se trouve pas dans le mensonge et la forfaiture.
Que personne ne s’étonne si aujourd’hui le camarade Mrimdu vise les architectes des châteaux de mensonges qui, à chaque mensonge démoli utilisent leur ingéniosité pour construire un autre mensonge. Après tout, en janvier 2010, dans mon petit bouquin  » Comores, le symptôme du chaos « , je disais que l’ennemi de l’archipel des Comores s’appelle la misère et, l’arbre de la misère a ses branches (les mensonges généralisées) ; son tronc (la corruption) ; et ses racines la politique mendiante.
Docteur non Docteur ! le mensonge est une maladie contagieuse ?

Hamadi Abdou

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*