En ce moment

Covid-19 : Un deuxième centre prévu à Ngazidja pour désengorger le pôle de Samba

«Avec la direction générale de la santé, nous avons prévu d’ouvrir un deuxième centre à Ngazidja, dans quelques jours, pour désengorger l’hôpital de Samba. Ce centre accueillera spécialement les cas asymptomatiques», a déclaré le secrétaire général du ministère de la Santé, Jean Youssouf.

Le secrétaire général du ministère de la Santé a annoncé, samedi 16 janvier, la mise en place d’un deuxième centre de prise en charge à Ngazidja pour accueillir des malades asymptomatiques face à l’afflux des patients au pôle hospitalier de Samba. Selon lui, au vu de ce qui se passe à Mwali, les cas positifs sont beaucoup plus nombreux par rapport à la capacité initialement prévue à Samba. Jean Youssouf s’est montré confiant à l’idée de pouvoir trouver une solution rapide et efficace pour une meilleure prise en charge de tous les patients. «Avec la direction générale de la santé, nous avons prévu d’ouvrir un deuxième centre à Ngazidja, dans quelques jours, pour désengorger l’hôpital de Samba. Ce centre accueillera spécialement les cas asymptomatiques», a-t-il indiqué.

«Vendredi par exemple, il y a eu un peu plus de 70 patients à Samba, le centre n’est pas encore totalement rempli, mais presque. Il y a 80% des cas asymptomatiques, 20% des cas actifs et 5% des cas graves nécessitant des prises en charge et des réanimations. Jusqu’à maintenant la situation est relativement contrôlée et on essaie de ne pas être débordé», a ajouté le secrétaire général du ministère de la Santé.
Ces derniers temps, on assiste à des «arrestations» de personnes en provenance de Mwali alors que la circulation au départ de Mwali est interdite par les autorités.

Des personnes en provenance de Mwali appréhendées

Des embarcations sont ainsi interceptées sur certaines les côtes de Ndzuani et Ngazidja. Le dernier «événement» en date a eu lieu vendredi dernier à Dzahadjuu, où certains de nos compatriotes ont été contraints à squatter une maison en construction en attendant les agents de la direction de la sécurité civile.
Finalement, les six personnes ont été transférées à la police nationale, suscitant une panique au sein du commissariat. En effet, bon nombre de policiers ont déserté les lieux, car ne comprenant pas la raison pour laquelle des cas suspects de la Covid-19 ne sont pas envoyés directement à l’hôpital ou dans un centre d’isolement.

Interrogé sur ce la présence de ces personnes à la police, le secrétaire général du ministère de la Santé, Jean Youssouf, a déclaré que «s’ils ont transité au commissariat central, c’est la procédure normale, car on doit avant tout connaître leurs identités, ce qu’ils sont venus faire ici, etc. Et ensuite, alerter le comité de prise en charge de la crise qui prendra les dispositions nécessaires qu’il faut pour éviter une contamination, mais elles ne peuvent pas directement être envoyées à Samba». Et d’ajouter que «ce n’est pas toute personne provenant de Mwali qui est positive à la Covid-19. Il y a un aspect sécuritaire sur l’applicabilité des mesures prises par les autorités compétentes. Donc, maintenant, c’est le rôle des services de sécurité de lutter contre les violations de ces mesures».

Yahya Zakaria / Alwatwan

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*