Crise à l’Anacm:Le DGA fonde son bureau dans sa voiture

Une crise profonde qui couve depuis plusieurs mois débouche sur une purge sans précédent. Entre le directeur Général et le directeur général adjoint de l’ANACM, un service récemment créé rien ne va plus. Dans une ambiance profondément dégradée, le DGA exclu de son bureau, se refuge dans sa voiture devant le portail de l’ANACM.

C’est devant le portail de l’ANACM dans un 4×4 noir que Mohamed Yahaya, le Directeur Général Adjoint de l’ANACM à son bureau. Cela est du à une opposition farouche du puissant directeur General de l’Anacm de reconnaitre le choix du vice président en charge du ministère du transport de designer un directeur Adjoint. « Jean Marc refuse de me reconnaitre comme son directeur Adjoint malgré l’arrêté de son ministre de tutelle. Apres avoir défié l’autorité de l’Etat, il a changé les serrures de mon bureau, je me suis refugier dans ma voiture devant la société et il a ordonné la sécurité de m’interdire l’accès à l’ANACM et voila, c’est ici que j’ai mon bureau », a-t-il expliqué Mohamed Yahaya le directeur Adjoint de l’ANACM.

Cinq mois de conflit d’autorité depuis que Mohamed Yahaya est nommé à la tête de ce service, il n’a jamais reçu aucun salaire. « Effectivement le Conseil d’Administration a exigé qu’il fixe mon salaire et il a proposé 200 000 f de salaire et 200 000fc d’indemnités. Je refusais puisque je suis son adjoint et il perçoit un million 500 cent mille de salaire plus indemnité et une voiture, un logement et carburant et d’autre avantage. Le directeur technique reçoivent un salaire de 600 mille alors comment le directeur Adjoint va percevoir un salaire de 400 mille », a-t-il révélé.

Sur fond de querelles internes, la proposition de Mohamed Yahaya Alias PECK reste intacte. De facto, il garde son poste même en exile. Avec ce traitement qui lui est réservé et il refuse de désarmer sans changement de statut. « Tant qu’il n’y a pas un arrêté qui me remplace, je reste convaincu que je suis le directeur Adjoint de l’ANACM. Je viens au travail tous les jours de 7h a 14h  et je suis confiant qu’un jour je regagnerai mes droits. J’ai pas choisi la voix de la force  pour n’est pas mettre en mal mon régime que j’ai combattu corps et âme. Donc, je reste convaincu que le meilleur est avenir », a-t-il conclu.
Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*