Crise à Mayotte : Où en sont les relations diplomatiques entre les Comores et la France ?

Les divergences entre les Comores et la France au sujet de l’île comorienne de Mayotte ont porté un sacré coup aux relations diplomatiques entre les deux pays. La France a décidé de répondre à la décision du gouvernement comorien d’interdire aux compagnies aériennes et maritimes de transporter des Comoriens des autres îles refoulés de Mayotte, par la suspension des visas diplomatiques et de services. À ce stade, il ne reste plus que le gel des relations diplomatiques et, cas extrême, leur rupture.

 

La tension est montée entre les Comores et la France depuis plus d’une semaine, avec la crise sociale qui secoue l’île comorienne de Mayotte. L’ancien ambassadeur des Comores auprès de l’Afrique du sud, Ahmed Thabit, s’est étalé sur les différents degrés d’évolution des relations diplomatiques entre deux pays donnés. Des relations diplomatiques sont jugées “excellentes”, explique-t-il, lorsque sur le plan bilatéral entre les deux pays, les échanges et la coopération sont sans écailles. Lorsque, également, les deux pays n’ont pas de divergence en matière de politique extérieure sur le plan multilatéral.

Dans un degré plus bas, les relations sont considérées comme “au beau fixe” lorsqu’il n’existe pas de problème majeur, et à l’opposé, elles “ne sont pas au beau fixe” lorsqu’il subsiste quelques problèmes. Le dernier degré concerne les relations diplomatiques dites “tendues”. Dans ce cas-ci, certaines mesures diplomatiques sont prises, tenant compte de la gravité des problèmes.
Des points de repli

La première mesure se résume à une audience avec l’ambassadeur résident pour explication. Les Comores et la France ont déjà dépassé ce stade, puisque les deux ambassadeurs ont été respectivement convoqués. La deuxième mesure consiste à rappeler l’ambassadeur au pays pour consultation, et la troisième, à réduire le personnel de l’Ambassade.

Ces deuxième et troisième mesures ont été sautées par la France, pour arriver directement à la quatrième mesure qui consiste à suspendre les visas. Une réplique à la note circulaire envoyée par les autorités comoriennes aux compagnies aériennes et maritimes de ne pas accepter à leur bord des Comoriens refoulés de l’île sœur de Mayotte, et que le ministère des Affaires étrangères a tout bonnement qualifié, dans un communiqué publié le 31 mars dernier, de

 

chantage auquel le gouvernement comorien n’entend pas céder.

On peut par la suite s’attendre, si les deux parties ne parviennent pas à un compromis, au gel des relations diplomatiques et à la rupture, cinquième et sixième mesures. Il existe un précédent puisqu’après la déclaration unilatérale de l’indépendance en 1975, rappelle Ahmed Thabit, le gouvernement de Giscard d’Estaing avait décrété l’Etat d’urgence, levé une demi-heure plus tard au profit de la reconnaissance de l’indépendance des trois îles et le transfert des militaires français sur les autres îles à Mayotte.

Les relations diplomatiques entre les Comores et la France étaient alors rompues. Ali Soilihi avait à l’époque sollicité le gouvernement sénégalais pour qu’il s’occupe des ressortissants comoriens qui se trouvent à l’extérieur à travers ses ambassades. “L’accord avec le Sénégal n’est pas caduc”, fait savoir l’ancien ambassadeur ; même si, en cas de rupture des relations avec la France, il voit plus la Tanzanie ou l’Afrique du sud jouer ce rôle,

 

les trois pays étant sur la même longueur d’onde sur le plan diplomatique, surtout sur la question de Mayotte.

Ahmed Thabit souligne tout de même que “demander à un pays ami de s’occuper des ressortissants comoriens à l’étranger ne suffit pas, il faut aussi lui donner les moyens de le faire”, prenant l’exemple de ses enfants nés en Éthiopie et qui n’ont pas pu être enregistrés à l’ambassade du Sénégal,  faute de registres comoriens.

La France de son côté pourrait solliciter la Chine, le Soudan ou encore l’Arabie saoudite pour s’occuper de ses ressortissants qui sont aux Comores, dans le cas d’une rupture des relations diplomatiques. Ahmed Thabit penche plus pour le dernier pays cité.

Quant aux ressortissants Comoriens, pour se rendre dans un pays de l’espace Schengen, ils devraient passer par une ambassade européenne à Dar es-Salaam ou à l’île Maurice. Le gel des relations est le stade dans lequel les pays s’intéressent à ces points de repli, pour pallier une probable rupture.

Dayar Salim Darkaoui/Alwatwan

7 commentaires sur Crise à Mayotte : Où en sont les relations diplomatiques entre les Comores et la France ?

  1. Ce qui est Flagrant avec Ces autorités Comoriens , c’est d’ un coté , ils encouragent leur population à partir massivement à Mayotte l’ Eldorado pour chercher leur avenir, éduquer leurs enfants et se soigner dans des bonnes conditions car ces autorités ne pensent qu’ à se remplir leurs poches et n’ ont rien , absolument rien à offrir à leur population , ce qui n’ est faux , mais d’ un autre coté , ils agissent vigoureusement pour tirer Mayotte vers leur misère , c’est le comble de l’ hypocrisie .
    Le constat est là et sans appel , aucun enfant de ces clandestins n’ arrivent à suivre à l’ école au vu des conditions dans lesquels ils vivent : bidonvilles , insalubrités , manque des moyens de fournitures scolaires à donner à leurs enfants , parfois ces enfants vont à l’ écoles affamer , ceci explique cela que leurs enfants sont voués à l’ avance à l’ échec qu’ils ne peuvent pas y échapper lorsqu’on se trouve dans une mode vie different .
    Au Comores, on peut une manger seuls fois un jour entier ou 1 jour sur deux , donc ses enfants se trouvent dans la nécessité voire dans l’ obligation d’ aller commettre des actes de délinquance pour trouver quelques choses à se mettre sous la dent .
    A qui la faute ? , ces parents irresponsables se rajoutent de la misère dans la misère et en pondant d’ autres enfants sans se soucier comment les nourrir , les éduquer et quant on leur pose la question , ils pensent toujours à l’ ancien temps , à la préhistoire avec leurs réponde  » QUE LE GRAND DIEU EST LÀ .
    M AIS LE GRAND DIEU ne vous a pas dit de faire des enfants pour les faire souffrir en laissant se chercher à Manger dans les poubelles ? . Une fois que ces migrants sauront que le monde a évolué et que nous sommes au 21 em siècle , il n’ aura plus de misère aux Comore .

  2. Ne plus permettre non plus les transferts d’argent vers les comores serait une façon de les faire capituler.
    C’est quoi ce pays qui fait un chantage à un autre pour avoir plus d(argent. Un gouvernement qui demande à un autre pays de s’occuper de sa population. C’est un aveu d’echec. C’est la France qui doit répondre aux besoins des comores. C’est tout simplement la France qui doit developper les comores.
    A ceux qui disent que les comores ont plein d’amis et surtout les arabes, bahhh qu’ils viennent vous aider alors, ou bien envoyer leurs de clandestins, des miséreux et même fournisser leur des faux passeport comme vous savez faire avec votre nationalité sans fierté et bradée

  3. Moi je propose que l’on oubli cette crise diplomatique qui est en faite un refus d’accepter nombre de délinquants ayant vu en en mayotte une proie facile. Ces personnes, nous les mahorais on peut les éduquer, les faire devenir des humains comme on l’a toujours faits avec des migrants comoriens. Finalement ces migrants on peut les absorber. Ensuite il faudrait fermer les frontières de façon definitive. Ceux qui rentrerons aux comores par leurs propre moyens ne doivent jamais espérer revenir s’il n’ont pas de laisser passer. Ne plus accepter les malades, les commerçant,les officiels et finalement plus avoir d’écahange quelconque avec les comores.

  4. Vous êtes des moutons, eux les mahorais ils ont bien fait leurs choix, moi je sollicite leurs choix. Grâce à eux tout les comocos qui souffrent ils vont à Mayotte pour se soigner donc il est temps que vous arrêtez et assumez vos responsabilités. Et même vos imbéciles diplomates une fois ruinée le peuple vous avez nul part aller que en France et finir tous demandeurs d asile

  5. A ce stade, je pense que les comores doivent rompre tous liens avec la France. Ça sera un vrai cadeau pour les mahorais. La France n’a pas besoin de l’union des Comores pour rayonner dans l’océan indien. Elle a déjà avec elle Madagascar, Djibouti, Maurice, Seychelles + les 2 DOM et les autres îles qui font parti intégrantes de la République Française. Nous mahorais, sommes prêts à oublier les comoriens. Avec la proposition de loi de Marine Le Pen, je pense que les choses vont dans le bon sens. Le choix des mahorais n’est pas discutable. Mayotte c’est la France.

    • Parce que maintenant vous comptez sur Marine Le Pen pour vous en sortir. Vous êtes devenus pitoyables. Vous atteignez le seuil de la perdition.

Répondre à Fais Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*