Crise Riyad et Téhéran: Abdoulkarim a representé le gouverenement dans une réunion extraordinaire en Egypte

wpid-screenshot_2016-01-10-18-51-09-1.png

La Ligue arabe s’est réunit ce dimanche 10 janvier 2016 une réunion extraordinaire au Caire. Elle a examiné la crise entre Riyad et Téhéran, après l’exécution du dignitaire chiite saoudien Nimr al-Nimr, critique du pouvoir de la dynastie des Saoud. L’Arabie saoudite a voulu l’organisation de cette réunion dont l’objectif est de recueillir le plus de soutiens possible pour isoler la République islamique d’Iran.

image

Depuis l’exécution de cheikh Nimr Baqr al-Nimr, la guerre diplomatique est déclarée entre Saoudiens et Iraniens. Le royaume sunnite a très rapidement rompu tous ses liens avec son voisin chiite. Les diplomates iraniens ont été expulsés d’Arabie saoudite, les liens commerciaux ont été interrompus, les liaisons aériennes entre les deux pays sont suspendues.

Officiellement, Riyad réagissait à l’attaque de ses missions diplomatiques en Iran, par des manifestants condamnant justement l’exécution de Nimr al-Nimr. L’Arabie saoudite entendait également dénoncer les déclarations peu feutrées de certains représentants de la République islamique, dont l’ayatollah Khamenei en personne, après cette décapitation. Mais derrière toutes les décisions prises récemment se cache en réalité une rivalité historique.

A la suite de la rupture des liens diplomatiques entre l’Iran et l’Arabie saoudite, plusieurs monarchies du Golfe, et même certains pays africains,chacun a exprimé son indignation face aux actes commis dans la représentation Diplomatique saoudien en Iran. Ce fut le cas de Barheïn, du Soudan,Comores, de Djibouti, de la Somalie… Ce dimanche au Caire, en Egypte, la réunion de la Ligue arabe est donc une manière, pour le régime saoudien, de comptabiliser de nouvelles alliances contre le rival chiite.

La Ligue arabe ont signé un communiqué et une résolution qui condamne à l’unanimité l’Iran pour son agression à l’Arabie saoudite.

Dans son discours le Ministère comorien des Affaires étrangères a mis l’accent sur le respect de la convention de Vienne sur les relations diplomatique qui institut le principe d’invincibilité des représentations diplomatiques.

Le respect des règles et normes internationales. Nous publierons prochainement le discours qu’il a prononcé en langue arabe dans son intégralité. Mais nous procédons au traduction du texte.

Mohamed Abdou Hassani (ORTEGA)

1 commentaire sur Crise Riyad et Téhéran: Abdoulkarim a representé le gouverenement dans une réunion extraordinaire en Egypte

  1. Bjr je ve proposer ce si notre guouvernement comorien doit veriffier stricteument nos ambassadeur dans les pays etrangere car ils exercent des traveaux qui ne sont pas favorable oux populations comorien vivant a l etrager

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*