Critique sur la révision constitutionnelle, un rapport de l’UA modifié

Un rapport préliminaire de l’Union africaine (UA) présentait les Comores dans une situation politique critique, l’exhortant à suspendre le processus de révision constitutionnelle. Cette version a été rectifiée par les autorités du pays présentes à Nouakchott pour le 31e sommet de l’UA. Lors d’une conférence de presse, le ministre des Affaires étrangères a expliqué que ce rapport était antérieur à la mission conduite par Ramtane Lamamra la semaine dernière à la demande du gouvernement comorien.

Le projet de décision de l’Union africaine, remis au président comorien Azali Assoumani, faisait mention d’émeutes aux Comores et de tension maximale.

« Nous avons demandé à ce que cette partie qui exhorte les autorités à suspendre le processus soit retirée du texte, déclare le ministre des Affaires étrangères, Mohamed El-Amine Souef, qui se félicite d’avoir pu faire modifier ce texte. Cela a été fait. Le président de la Commission a fait un commentaire et il a si bien dit qu’il n’est pas du ressort de l’Union africaine d’imposer à un pays d’organiser ou de ne pas organiser un scrutin. Les amendements qui ont été apportés par la délégation comorienne ont été acceptés par la conférence des chefs d’Etat et c’est une instance qui est souveraine. »

L’union de l’opposition, la société civile, l’organisation patronale, deux des trois gouverneurs ainsi que l’un des vice-présidents du pays ne suffiront pas à infléchir l’agenda politique prévu, selon Mohamed Daoud, le ministre de l’Intérieur.

« Dans un processus pareil, tout le monde ne peut pas être d’accord, déclare-t-il. Chacun est libre de s’exprimer. La campagne est ouverte. J’espère qu’ils vont participer. Le calendrier reste inchangé et nous avons pris toutes les dispositions matérielles pour que ce référendum puisse être le plus transparent possible par rapport, je rappelle, à 2009 où il y a eu un référendum dont on n’a même pas vu le texte. » Le rapport final de l’Union africaine est attendu dans les tout prochains jours.

RFI

1 commentaire sur Critique sur la révision constitutionnelle, un rapport de l’UA modifié

  1. Azaliens a raison de se fourre de l’ Union Africaine et de la communauté internationale comme les Maorés se torchent le cu des résolutions de ces instances.
    Mais alors pourquoi les Comoriens vont pleurenicher dans ces instances pour tirer Mayotte et les Maorés dans leur dictature ,la terreure qui sera suivi et enfoncer encore plus les Maorés dans leurs précarité .
    Ah ces Comoriens ne manquent de nous montrer leur extrême HYPOCRISIE .

Répondre à Omar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*