Dans l’attente d’un nouveau gouvernement

Selon plusieurs sources concordantes, la nomination de cette nouvelle équipe gouvernementale pourrait intervenir incessamment. Le secrétaire général de l’Union pour le développement des Comores (Updc, parti au pouvoir) estime que «maintenant que toutes les institutions sont bien installées et qu’il n’y a plus de confusion, je suppose que le remaniement ne devrait plus tarder».
Beite_salam
Depuis la proclamation des résultats officiels des législatives et, surtout, l’installation de l’assemblée nationale, l’opinion publique attend la nomination d’un nouveau gouvernement. Presque deux mois déjà et on ne voit toujours rien venir. Les négociations entre les différentes formations politiques qui composent la majorité présidentielle seraient-elles serrées comme le prétendent certains ? Pour Maoulida Mabrouk, secrétaire général adjoint du gouvernement, «il n’y a jamais eu de date ; c’est la population qui est impatiente de voir un nouveau gouvernement mais la décision revient au président de la République».

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Selon plusieurs sources concordantes, la nomination de cette nouvelle équipe gouvernementale pourrait bien intervenir incessamment. Le secrétaire général de l’Union pour le développement des Comores (Updc, parti au pouvoir) estime que «maintenant que toutes les institutions sont bien installées et qu’il n’y a plus de confusion, je suppose que le remaniement ne devrait plus tarder».

Autant dire que le vent de contestation qui soufflait jusqu’ici à Hamramba aurait retardé la mise en place de ce nouveau cabinet gouvernemental. Mohamed Halifa y ajoute une autre raison : les postes ministériels sont très peu par rapport au nombre de candidats. «Il faut donc qu’il y ait une concertation et une dynamique au niveau de la mouvance pour trouver une certaine cohésion entre les différents acteurs», dit-il.

Pour le leader du Rassemblement pour une alternative de développement harmonisé et intégré (Radhi), Houmed Msaidie, cette longue attente serait «liée à la nécessité de stabiliser l’institution parlementaire. Maintenant que la majorité parlementaire est clairement établie, on peut penser que le nouveau gouvernement est en passe d’être officialisé».
Au moment où nous mettions sous presse, nous avons appris que le deuxième gouvernement du mandat d’Ikililou a été signifié de la fin de sa mission, à l’issue du conseil hebdomadaire de mercredi.

Abdallah Mzembaba/Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*