« Dans notre pays, nous avons beaucoup œuvré depuis 2001 pour le développement des TIC »

Allocution de Son Excellence du Président AZALI Assoumani à l’occasion de la célébration du Journée Mondiale des Télécommunications.

Comme chaque année, notre pays, à l’instar des autres pays du monde, se joint à l’Union Internationale des Télécommunications pour célébrer la journée Mondiale des Télécommunications.

Cette cérémonie est donc une heureuse occasion, de marquer l’importance que revêt le
secteur des Télécommunications pour le développement économique et social dans le monde entier
et dans notre pays.

Elle nous permet également de magnifier les relations privilégiées qui existent entre notre
pays depuis son accession à l’indépendance en 1975 et l’IUT – l’organe des Nations Unies chargé
de promouvoir les technologies de l’information et de la communication au niveau mondiale.

En effet, le développement que nous connaissons aujourd’hui dans le secteur des télécommunications, résulte en grande partie, de l’appui, de l’assistance et de la collaboration avec cette institution.

« L’utilisation de l’intelligence artificielle pour tous » est le thème retenu cette année pour
commémorer cette Journée, afin de souligner la contribution grandissante des innovations
technologiques et leurs effets dans les sociétés modernes.

Nous sommes tous les jours, les témoins du développement fulgurant et de la vulgarisation
exponentielle d’internet à toutes les couches sociales, soutenu par les investissements dans les
nouvelles infrastructures de réseau.
Cette évolution a profondément changé le rapport entre l’homme et les objets intelligents.

Dans notre pays, nous avons beaucoup œuvré depuis 2001 pour le développement des TIC
avec notamment la mise en place du réseau mobile en 2003.
En effet, nous ne pouvions pas laisser notre pays en marge de la marche du monde moderne.

C’est ainsi, qu’u cours des quinze dernières années, les TIC ont pu se développer et placer
parmi les secteurs qui ont fait preuve de plus d’ingéniosité et d’amélioration dans notre pays.

Aujourd’hui, tous les aspects de la vie moderne, économie, culture ou loisirs, sur le lieu de travail ou à domicile, sont tributaires des technologies de l’information et de la communication.

Ainsi, l’Union des Comores est en train de réussir la transformation d’un secteur porteur, notamment à travers la refonte complète du cadre réglementaire suivi des textes d’application.

Nous sommes également parvenus à la libéralisation du marché des télécommunications avec l’introduction d’un nouvel opérateur, afin de varier l’offre de services et amorcer une baisse continuelle des tarifs.

Aussi, le thème choisi cette année sur « L’utilisation de l’intelligence artificielle pour tous »
interpelle-t-il tout un chacun sur l’ampleur du devenir du secteur. Nous devons rester dans l’élan
que nous avons donné à notre pays en la matière.
Ainsi, bien qu’il y ait beaucoup à faire, notre pays dispose de la capacité et des bases essentielles et doit se munir d’autres outils, entre autres :

 Créer des écoles d’excellence pour constituer une élite en la matière
 Favoriser et honorer la recherche et donner les moyens aux jeunes talents pour s’affirmer à travers leur savoir faire
 Faire comprendre aux jeunes que la réussite professionnelle à travers des projets convaincants et porteurs, est désormais possible.

Aujourd’hui, la création d’une simple application fait des riches à travers le monde, sans
distinction de frontières, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement.
Mesdames et Messieurs,
Nous vivons dans un monde où les technologies de l’information et de la communication
sont présentes partout et à tout instant.
Chaque année, une technologie dépasse une autre grâce aux incessantes innovations qui se
propagent à travers toutes les couches sociales.
Et nous avons été capables, en l’espace de 10 ans, de transformer profondément le quotidien
des comoriens en la matière.
Nos ambitions ne doivent pas s’arrêter là.
Enfin, au-delà des avantages que je viens de citer, j’exhorte les acteurs du secteur à travailler
de concert pour la sécurité des réseaux et la protection des enfants en ligne.
En effet, nous ne pouvons pas laisser notre jeunesse plonger dans les réseaux sans en
mesurer et prévenir les dangers et les risques.
La cyber-sécurité doit donc être notre prochain défi pour davantage de sérénité dans nos
habitudes et nos valeurs.
Cela relève d’une immense responsabilité mais j’ai grande confiance.
En effet, nous avons été capables de placer notre pays à un niveau honorable en matière de
technologies de l’information et de la communication.
Vive l’Union des Comores

Je vous remercie

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*